Item 1 of 4

Disponible en location

88'

Québec, 2018

Production : Chasseur Films

Programmé par Charlotte Selb

Français, Anglais, Roumain

Anglais, Français


Prix spécial du Jury de la compétition nationale longs métrages et Prix du meilleur espoir Québec/Canada - RIDM 2028


Société



Résumé


Symphonie en aquamarine est une exploration sensorielle et haptique de notre rapport à l’eau, à la mer, à l’océan. Filmé sur 4 continents, ce film est un hommage à la vie et à l’indomptable désir d’appartenir au monde, un poème sur fond maritime scandé par une musique traditionnelle qui invite les spectateur.trice.s à voguer auprès des intervenants non plus comme un observateur, mais un témoin de la camaraderie ou de la solitude qui les lient. Le film sculpte le temps et cartographie l’espace pour évoquer une expérience tactile et cataclysmique résultant en un film-essai digne de Chris Marker, Johan Van der Keuken ou Raymond Depardon.

L'avis de Tënk


Cinéaste du déplacement, de l’exil et des errances, Dan Popa ne pouvait que consacrer son premier long métrage à l’univers ultime des voyages : le monde marin. Puisant à la fois dans le genre centenaire de la symphonie urbaine, dans celui plus récent de l’ethnographie sensorielle et dans une approche intime du poème audiovisuel, l’auteur compose son film en quatre mouvements, qui nous mènent librement d’un continent à l’autre. Bien qu’il s’attarde ici et là à l'existence de divers protagonistes, le réalisateur ne cherche pas tant à construire un récit aisément déchiffrable ou un discours philosophique sur la vie en mer ou à ses côtés. L’enchaînement de scènes immersives et atmosphériques, quasiment dénuées de dialogues, mais magnifiquement rehaussées par des chœurs traditionnels moldaves, invite davantage à la rêverie et à l’évasion. En transmettant un peu des sensations quotidiennes de ces pêcheurs, marins, travailleurs côtiers ou tout simplement baigneurs, l’œuvre laisse au public le soin d’imaginer l’appartenance que les sociétés humaines peuvent développer à un environnement aussi immense et insaisissable que l’océan.

 

 

 

Charlotte Selb
Programmatrice et critique

 

 

 

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4