Item 1 of 4

42 jours
78 min
Québec, 2021

Production : Jenny Cartwright

Programmé par Jason Burnham

Sans dialogues

Société



Résumé


Ce premier long métrage pose un regard attentif sur Parc-Extension, quartier le plus densément peuplé de Montréal. Je me souviens d’un temps où personne ne joggait dans ce quartier propose une série de tableaux intimes et contemplatifs sur celleux qui vivent dans ce secteur en pleine mutation. L’artiste observe le tissu social singulier de ce quartier particulièrement menacé par l’impitoyable gentrification.

L'avis de Tënk


Récemment, lorsqu'interrogé sur ce qu'il pensait de Montréal où il venait pratiquement d’arriver, un collègue parisien me répondit qu’il était déçu d’une certaine façon, que c’était moins intéressant qu’il ne pensait, particulièrement au niveau de l’architecture. Cette réponse me rendit perplexe. Je ne savais pas trop quoi lui répondre; bien que trouvant personnellement superbe l’architecture à sa manière, je ne crois pas que là se trouve le charme principal dans la ville. Je me suis contenté de répondre: « C’est dans les petites choses. »

Peu de cinéastes depuis l'effervescence du cinéma direct semblent avoir compris cela aussi bien que Jenny Cartwright avec Je me souviens d’un temps où personne ne joggait dans ce quartier, véritable et magnifique mosaïque ethnographique d’une ville vivante et mouvementée. Si le synopsis du film présente Parc-Extension comme quartier « particulièrement menacé par l’impitoyable gentrification », Cartwright ne prend pas par pitié ses habitant.es. Au contraire, elle démontre merveilleusement bien avec ses images impressionnistes et sa magnifique bande sonore que le quartier est tout sauf mort, que Montréal n’est pas que le stade olympique, l’oratoire Saint-Joseph ou encore le Mont-Royal. Que Montréal c’est plutôt deux étrangers jouant aux échecs dans un parc; c'est se trouver à sa boulangerie préférée un samedi matin. Que le quartier pluriculturel de Parc-Extension, c’est la diversité, l’unicité et la richesse.

 

Jean-François Vaudrin
Responsable des acquisitions chez Tënk
et critique de cinéma

 

 

Présenté en collaboration avec 

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4