Item 1 of 4

Archive

14'

France, Suède, 2019

Production : Film I Väst, Vilda Bomben Film AB

Français

Anglais


Meilleur court métrage documentaire 2019 - Festival international de films de Chicago


Société



Résumé


À Villereau, petit village de cinq kilomètres carrés au nord de la France, c’est la panique : une alerte attentat a été déclenchée. Au milieu des champs débarquent alors l’armée, la police, les pompiers, prêts à en découdre. Arrivés sur place, ils ne trouvent que quelques vaches étonnées par l’agitation, et après enquête la véritable origine de l’alerte attentat : une habitante paniquée qui a confondu des tirs aux pigeons avec une attaque terroriste, et a cru entendre parmi les cris de polonais ivres le fameux « Allahu Akbar »… Mais cette histoire, relatée par les habitants du village, n’est qu’un échantillon de l’étrangeté de Villereau. Excess Will Save Us nous plonge dans une atmosphère à la fois mélancolique et absurde, et nous amène à nous questionner sur nos propres paranoïas.

L'avis de Tënk


Suite à un appel téléphonique avec son père, Morgane Dziurla-Petit revient sur les terres où réside sa famille afin d’y recueillir les témoignages des Villereautin.e.s en réponse à une fausse alerte d’attentat terroriste. Dans ce village, les rumeurs se propagent très rapidement, entraînant ainsi des réactions exagérées qui se manifestent dans un excès aussi absurde qu’inquiétant. 

 

Oscillant sans cesse entre les codes de la fiction et du documentaire, la réalisatrice cherche à créer une «comédie qui rend triste», et parvient ainsi à livrer un portrait sombre mais ludique de la situation, notamment par le biais de ces intervenant.e.s très attachant.e.s. Ce non-évènement provoque des discussions politiques teintées de peur, tout en engendrant chez le public une réflexion autour des préjugés qui composent l’ignorance. 

 

Grâce à une habile mise en scène, Morgane Dziurla-Petit parvient à conjuguer la réel à la fantaisie : on assiste à quelques reconstitutions, ponctuées de plans fantomatiques dans lesquels une jeune fille déambule à reculons. Véritable métaphore de son propre vécu, la réalisatrice donne à sa cousine Faustine le rôle d’une Morgane adolescente. Par l’entremise d’une esthétique soignée et du choix des plans larges, Villereau est sublimé, merveilleusement dépeint tel un village figé dans le temps. Ce film, dont le titre se traduit par «la démesure nous sauvera», nous amène à nous questionner sur nos propres paranoïas, potentiel vecteur de bêtise, mais inéluctable divertissement sans fin.

 

 

 

 

Anouk Vallières
Négociatrice, glaneuse urbaine et cinéphile

 

 

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4