Item 1 of 4

8 jours

55'

France, 2017

Production : Les Films Velvet, Stanley White

Français

Anglais


Portrait



Résumé


Lutte jeunesse est la somme des vidéos de présentation envoyés pour le casting du rôle principal du dernier long métrage de Thierry de Peretti, Une vie violente, ainsi que ceux filmés par la directrice de casting. Face caméra, en plan rapproché, chacun se livre sans fard. Très vite, les questions sur le rêve de faire du cinéma laissent place à un discours sur l’identité corse. Des jeunes hommes témoignent du rapport qu’ils entretiennent avec leur île, son passé et son présent. À travers les mots se dessine le portrait de toute une génération, entre tentation du nationalisme et rêves d’un nouveau départ, ailleurs.

L'avis de Tënk


Lutte jeunesse : il y a dans cette juxtaposition brutale – car sans aucune liaison – de ces deux termes quelque chose de déroutant. Pour autant, ce choix d'intitulé révèle au cours du film sa pertinence. Et la succession d'une vingtaine de témoignages effectués seuls ou à plusieurs, et où ne figure qu'une seule femme (qui demeurera silencieuse), dessine au-delà des parcours individuels un paysage, un système, un paradoxe. Paysage d'une jeunesse rurale isolée, déchirée entre un nationalisme pouvant mener à des actions violentes, la délinquance, l'attachement aux traditions et la simple préservation de la culture corse. Système de répétition du même, où le sentiment de relégation comme l'environnement meurtrier (les familles décimées et les règlements de compte sont pléthore) font glisser de la simple exclusion à l'extrémisme. Paradoxe de l'appartenance, puisque la Corse est autant fondatrice de l'identité de ces jeunes qu'emprisonnante : elle est ce territoire pour lequel on peut se sacrifier, voire s'empêcher d'évoluer pour préserver l'idée qu'on s'en fait.

 

 

Caroline Châtelet
Journaliste et critique

 

 

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4