Item 1 of 4

Archive

27'

Québec, 1982

Production : Coop Vidéo

Programmé par Paul Landriau

Français

Anglais


Les films de Plein(s) Écran(s)



Résumé


Marié, propriétaire d’un studio de culture physique, d’une maison et de deux rutilantes automobiles, André Guilbault vit très confortablement. Afin de maintenir son niveau de vie, il décide de retourner à la compétition, malgré ses 40 ans. Il espère ainsi décrocher le titre de Monsieur Montréal, ce qui favoriserait le recrutement de nouveaux membres pour son studio.

L'avis de Tënk


Quelques années à peine après que le documentaire américain Pumping Iron (1977) ait dévoilé le charisme indéniable d’Arnold Schwarzenegger, Robert Morin braque sa caméra vidéo sur André Guilbault, un entrepreneur dont la carte maîtresse est son physique herculéen. Incursion dans un univers extrêmement codifié à l’accès difficile ; pour pavaner dans ces sphères olympiennes, il faut réguler tout son quotidien autour de son propre corps. Pour recruter de nouveaux membres, il faut nécessairement forcer le respect et donc composer avec les sacrifices requis. Mode de vie tout sauf naturel qui exerce pourtant une fascination certaine. Ces messieurs musclés, autant athlètes qu’artistes, ne semblent exister que pour l’approbation du public. Entre eux, les étirements, prises de photos, poses, massages et huilages se déroulent dans la camaraderie franche. Lorsqu’il est seul cependant, confronté à son simple reflet, le culturiste ne semble pas tout à fait comblé. Jamais satisfait non plus, car on pourrait toujours raffermir tel triceps ou définir davantage tel muscle abdominal. La quête du culturiste est sisyphéenne, au sens quasi littéral. La vidéo, médium que Morin poussera plus loin que quiconque, désacralise le procédé, supprime le glamour et permet de faire de ces demi-dieux des êtres réels.

Paul Landriau
Directeur de la programmation, Plein(s) Écran(s)

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4