Item 1 of 4

Archive

28'

Québec, 1965

Production : ONF / NFB

Programmé par Jason Burnham

Français


Les films de Michel Brault



Résumé


Deux adolescentes vont pour la première fois au Carnaval d’hiver de Québec. Leurs rapports ambigus et doux-amers avec un jeune garçon leur apportent à toutes les deux l’émotion délicieuse et la désillusion d’un premier amour.

L'avis de Tënk


Le court métrage Geneviève est tiré d’un film à sketchs (La fleur de l’âge ou Les adolescentes) – coproduit par la France, l’Italie, le Japon, et le Canada – qui visait à représenter la jeunesse féminine « typique » de chacun de ces pays. Un vibrant désir de rompre avec les techniques narratives conventionnelles de l’époque habitait les cinéastes participant à ce projet. Ils souhaitaient célébrer, chacun à leur manière, l’authenticité et la spontanéité de l’adolescence avec pour devise: « ne rien affirmer, ne pas juger, mais montrer tout simplement. »
Mandaté par l’ONF pour réaliser l’épisode canadien, Michel Brault insuffle alors à ce segment – qui est aussi sa première « vraie » œuvre de fiction – toute la puissance évocatrice de ses acquis du cinéma direct. La caméra mobile et expressive embrasse les élans et les émois des personnages dans un lyrisme du quotidien dépouillé de toute grandiloquence qui accorde aussi une très grande place aux lieux et à l’hiver. On se laisse alors emporter par les scènes de glissade sur la Terrasse Dufferin et les déambulations nocturnes au Carnaval de Québec de février 64, avec l’agréable impression que la vie se déroule naturellement devant nos yeux. Un style collant parfaitement à l’énergie désinvolte de Geneviève Bujold et Louise Marleau, alors toutes deux jeunes actrices débutantes, qui prêtent leurs prénoms à ces personnages de jeunes femmes libres et résolument modernes, suspendues entre le crépuscule de l’enfance et l’aube de la vie d’adulte.

Jason Burnham
Assistant à la programmation de Tënk

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4