Item 1 of 4

Archive

11'

Italie, 1959

Musique originale : Egisto Macchi Production : Vette Filmitalia, Archivo Cinema del Reale

Programmé par Paolo Pisanelli, Marina Mazzotti

Italien

Français, Anglais


Les films de Cecilia Mangini



Résumé


Jusqu’à il y a peu de temps, à Martano, dans la région des Pouilles dans le sud de l’Italie, la veillée mortuaire se faisait à domicile pour les femmes - à qui il était défendu d’assister à l’enterrement - en présence des pleureuses professionnelles. Ce documentaire de Cecilia Mangini sur les rites mortuaires pose un regard sur la féminité dans sa dimension expressive et émotive. L’éloge funèbre, sous forme d’un chant scandé en griko (dialecte de la région), est traduit dans un registre hautement poétique par Pier Paolo Pasolini, collaborateur fréquent de la cinéaste.

L'avis de Tënk


Un groupe de femmes vêtues de noir pleure un jeune défunt : la lamentation fait partie d’un rituel bien précis. Il s’agit de l’unique témoignage cinématographique de l’ancien rite, désormais disparu, du chant funèbre en griko, inspiré de la leçon du cinéma soviétique d’avant-garde et des œuvres de l’ethnologue Ernesto De Martino.
Une « mise en scène » de la réalité à l’impact visuel et sonore extraordinaire, obtenu en ébranlant l’objectivité du plan fixe et en multipliant les points de vue et les détails. Le montage pressant accompagne l’intensité du rituel dans un crescendo tourbillonnant, entrelaçant les images, les paroles du commentaire signé par Pier Paolo Pasolini et l’extraordinaire bande originale composée par Egisto Macchi.
Des visages comme des pierres, des gestes très anciens et l’exorcisme de la mort donnent vie à un tableau sans égal dans le cinéma documentaire contemporain. Ici, la forme visuelle baigne dans le rituel, prend son apparence, absorbe la charge émotionnelle du texte écrit par Pasolini.

Paolo Pisanelli
Cinéaste et collaborateur de Cecilia Mangini

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4