Item 1 of 4

4 jours
56 min
Italie, Suisse, 2002

Production : Venerdì, Bartlebyfilm
Italien
Français, Anglais

Les films de Alina Marazzi



Résumé


Le visage d’une femme. Deux voix qui plaisantent, puis une chanson populaire, Un’ora sola ti vorrei. Ce visage et cette voix sont tout ce qui reste à Alina Marazzi de sa mère qui s’est suicidée quand elle avait sept ans et dont elle essaie de retracer l’existence à travers un montage de séquences filmées par son grand-père maternel entre 1920 et 1970. À ces images muettes répond la voix de la réalisatrice lisant les lettres et les journaux de sa mère, mais aussi les fiches médicales des hôpitaux psychiatriques qu’elle a fréquentés.

L'avis de Tënk


Un'ora sola ti vorrei (Juste une heure toi et moi) est le titre d'une chanson romantique composée en 1938, mais rendue célèbre dans les années 1960 grâce à des chanteuses renommées comme Ornella Vanoni. C’est également l'une des chansons préférées de la mère de la réalisatrice Alina Marazzi. Avec ce titre, la cinéaste italienne, née à Milan en 1964, a voulu rendre hommage à sa mère qui s'est suicidée après une longue dépression incurable, malgré les traitements avant-gardistes qu'elle a reçus dans un hôpital suisse. Alina Marazzi a écrit cet hommage en réalisant un documentaire lyrique, poétique, personnel, émouvant, intime et courageux. La chanson choisie pour le titre du film n'est pas seulement un clin d'œil à la musique italienne des années 1960 tant aimée par la mère de la cinéaste, mais elle exprime aussi un désir de nostalgie pour une mère partie trop tôt, alors que Marazzi était encore une enfant. La réalisatrice utilise des archives de sa famille, à commencer par les films Super 8 de son grand-père maternel, mais aussi des lettres que sa mère écrivait de l'hôpital psychiatrique. Un’ora sola ti vorrei est un film profondément sensible et touchant, un voyage dans les souvenirs et les rêves d'une petite fille et d'une mère. C’est un film réparateur et thérapeutique pour la réalisatrice elle-même, mais qui va bien au-delà du cinéma autobiographique pour devenir une œuvre universelle.

 

Giovanni Princigalli
Cinéaste et enseignant

 

 

Avec le soutien de

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4