Item 1 of 4

36 jours

19'

France, 2018

Production : Néhémie Lemal

Français


Intime



Résumé


Un jour, Néhémie, jeune étudiante de 19 ans, commence à porter une coupe afro. Parce qu’elle en a envie. Elle était loin de se douter que ce choix qui lui paraissait anodin allait lui faire vivre le racisme de plein fouet : les remarques, les regards, les contrôles, les violences… De parents blancs, Néhémie a du mal à être comprise par son entourage. On lui a plutôt appris à laisser couler et à relativiser. Ce court métrage devient une lettre ouverte dans laquelle elle tente d’expliquer à ses parents adoptif.ve.s blanc.he.s le racisme qu’elle subit. À travers des portraits de famille poignants, elle aborde la question de la construction de soi dans un contexte familial mixte où les expériences divergent, et expose le déni français de reconnaître le racisme.

L'avis de Tënk


Maman, hier j’ai voulu être libre et j’ai découvert que j’étais Noire en France.

 

La première phrase du film met la table : le discours s’adresse principalement aux parents blancs de Néhémie Lemal à qui elle tente d’expliquer ce que signifie pour elle avoir grandi dans un contexte d’adoption transraciale. Il donne la parole aux personnes adoptées en France, amène à repenser le politique de l’adoption, participe à recréer un discours d’appartenance pour les personnes ayant grandi dans des contextes d’adoption, en recadre les multiples ramifications qui peuvent facilement être tues ou niées. Si Néhémie dénonce le racisme en France, c’est surtout l’aveuglement de son entourage qui est au centre du propos. Les paroles qu'elle adresse à ses parents - aussi bien qu'au public - sont intimes, crues, confrontantes.

 

La cinéaste s’inscrit dans un discours plus vaste, également porté par la réalisatrice autrice et personne adoptée Amandine Gay qui lui emboîte le pas: « Je ne possède rien de mon passé : ni antécédents médicaux, ni arbre généalogique, ni mémoire familiale. Je dois donc écrire mon histoire pour ne pas être qu’une somme de silences, de traumas et de dépossessions. » (extrait du livre Une poupée en chocolat).

 

 

Gabrielle Ouimet
Directrice artistique de Tënk

 

 

 

 

 

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4