Item 1 of 4

Disponible en location

96 min

Guinée, Portugal, France, Allemagne, 2017

Production : Filmes do Tejo II, Spectre Productions, Filipa César

Français, Anglais, Portugais

Français, Anglais


Expérimental



Résumé


En 2011, une archive filmique et du matériel audio ré-émergent à Bissau. Au seuil d’une destruction complète, ces bandes témoignent de la naissance du cinéma guinéen en tant que part essentielle de la vision de la décolonisation d’Amílcar Cabral, leader de la libération assassiné en 1973. En collaboration avec les cinéastes guinéens Sana na N’hada et Flora Gomes, ainsi qu’avec beaucoup d’autres alliés, Filipa César imagine un périple où cette fragile matière du passé opère comme le prisme visionnaire d’un éclat d’obus à travers lequel nous regardons. Numérisée à Berlin et projetée dans différents contextes – dans ce qui pourrait ressembler à un cinéma itinérant transnational – l’archive provoque débats, récits et prémonitions. Des villages les plus isolés de Guinée-Bissau aux capitales européennes, ces archives silencieuses deviennent un lieu à partir duquel chercher un antidote à la crise mondiale.

L'avis de Tënk


Cofondateur du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert et héros du mouvement décolonial, Amílcar Cabral (1924-1973) avait identifié le médium du cinéma comme une arme puissante de résistance. Sous son impulsion, plusieurs jeunes révolutionnaires guinéens étudièrent le cinéma à Cuba dans les 1960, puis revinrent au pays filmer la guerre d’indépendance contre le Portugal et la naissance du nouveau régime. Cette précieuse documentation de la décolonisation du point de vue des premiers concernés, dont certaines images furent utilisées par Chris Marker dans son film Sans Soleil, fut malheureusement mal conservée et en partie perdue. Quand ré-émergent à Bissau en 2011 des archives filmiques et sonores, restaurées par la suite par l’Arsenal de Berlin, l’artiste Filipa César décide d’entreprendre un travail collaboratif de ressuscitation et de transmission de cette mémoire collective. En collaboration avec Sana na N’hada et Flora Gomes, deux des cinéastes guinéens actifs dans le mouvement de l’époque, elle met en place un projet de cinéma ambulant transnational qui, des routes de Guinée aux capitales européennes, suscite débats et réflexions et fait résonner le passé avec le présent.

Charlotte Selb
Programmatrice et critique

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4