Item 1 of 4

Disponible en location

79 min

Québec, 2017

Production : Les Films du centaure

Français, Anglais


Essai



Résumé


À la recherche de son ami disparu, Madeleine fait appel aux services de Stalker qui lui fait découvrir une zone très étrange située à l’intérieur de sa mémoire. À l’aube de la Troisième Guerre mondiale, c’est dans cette zone que se cache le cinéaste Chris Marker, masquant sa véritable identité sous un personnage fictif.

Tourné aux quatre coins du monde, La Zone est un essai de science-fiction à la mémoire de Chris Marker.

L'avis de Tënk


« Tout ce qui ne sera pas numérisé sera perdu. »

 

Lieu de mémoire. Remembrance d’une histoire du cinéma. Archéologie visuelle. Voyages imaginaires dans le passé. Reconstruction fictionnelle à partir de lambeaux d’identité. Le film de Denys Desjardins est tout cela à la fois, une expérience de pur cinéma suivant des fils d’Ariane entremêlés dans les ruines du passé de la deuxième moitié du XXe siècle.

 

 

Composé de films Super 8 épars - dont une vaste collection appartenant à une femme ayant légué toute sa production de films de voyage au cinéaste, avant de perdre la mémoire -, le film construit une architecture labyrinthique alternant entre souvenirs individuels et mémoire collective du siècle. Poème d’amour adressé à Marker, cet objet inclassable se déploie comme un monument cinématographique érigé en l’honneur du 7e art. Mais là où il bouleverse le plus, c’est quand il s’attarde à la mémoire de cette femme - cette Madeleine appelant tour à tour la mère du cinéaste, la Madeleine d’Hitchcock, la madeleine de Proust, et la femme du quai d’Orly de La Jetée - femme qui s’égare en elle-même, effaçant peu à peu les images de sa vie, de la vie. Alors résonnent en chacun.e les propres échos de son destin : que reste-t-il de nous une fois le travail de l’oubli entamé ?

 

 

 

Naomie Décarie-Daigneault
Directrice artistique de Tënk

 

 

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4