Item 1 of 4

Archive

84'

Suisse, 1995

Production : Peter Liechti

Programmé par Christian Mathieu Fournier

Suisse-allemand

Français, Anglais


Environnement



Résumé


Des Alpes suisses à la Pologne orientale, du Stromboli à l’Islande, ce documentaire est une tentative de grande envergure pour trouver la vitesse idéale de déplacement, un road-movie à travers l’Europe le long des sillons d’un paysage chargé de magie. L’artiste Roman Signer balise nos étapes à l’aide de sa panoplie d’instruments très personnels ; ce sont des interventions d’une concision séduisante et pleines d’un humour profond. Le film est aussi un voyage à travers des états d’âme. Un numéro de funambules entre espièglerie et mélancolie, où le danger stimule les sens.

L'avis de Tënk


Au travers des Alpes, de la Pologne, de Stromboli et de l’Islande, le road movie s’aventure et s’improvise au fur et à mesure qu’avancent le personnage et le réalisateur.
Le cinéaste Peter Liechti accompagne Roman Signer, artiste coloré et bouffon sublime, qui arpente le territoire avec sa valise où, au gré des collisions soudaines et des changements brusques de son humeur et de la nature, il met en opération des multitudes de numéros tous plus burlesques les uns que les autres.
Avec les 4 éléments, l’eau, le feu, la terre et l’air, il y joint des pétards, de la poudre à canon, des bottes en caoutchouc, des tables, des chaises, des ballons et des rubans pour voir comment ceux-ci résistent à la chaleur, à l’explosion, à la pression de l’eau. Ainsi, on suivra dans le documentaire Signer défier les volcans et les lacs gelés avec sa pyrotechnie et sa poésie existentielle, braver avec douceur la petitesse de l’homme face à la nature.
Ses sculptures minutieusement réglées sont des prémisses à un discours avec le réalisateur sur l’existentialisme dans sa forme la plus pure et naïve. C’est aussi un voyage à travers un état d’esprit, une marche sur les ponts de l’amusement et de la mélancolie.
Roman Signer semble errer dans une douce folie où il dit ne pas voler de jours à Dieu, ne se souciant guère d’un public qui n’est en fait autre que lui-même.

Christian Mathieu Fournier
Cinéaste

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4