Item 1 of 4

25 jours
93 min
Allemagne, Corée du Sud, Espagne, Serbie, 2022

Production : Flaneur Films
Anglais, Espagnol, Serbe
Français, Anglais

Environnement



Résumé


Il existe une géographie des miracles. Jonasz étudie les insectes et les poissons, Signe les feuilles et les herbes. Après une journée passée dans les jardins et les bibliothèques, ils se retrouvent, prennent le train et quittent la ville, plantant leur tente au bord d’un lac. Alors qu’ils lisent, mangent des fruits, se promènent dans la forêt et nagent dans l’eau froide, le monde extérieur leur semble de plus en plus lointain. Un étranger apparaît et un trio se forme. Mais il y a aussi d’autres trios, d’autres lacs, d’autres lieux, d’autres époques.

L'avis de Tënk


« Il n'y a pas assez de langues pour prononcer ton nom éphémère. » Cette phrase nous est doucement dite dans le deuxième long métrage de Dane Komljen, une œuvre conceptuellement rigoureuse et sans filtre qui brille à travers sa pureté rugueuse. Afterwater enquête, honore et essentialise comment les masses d'eau peuvent se matérialiser sous des formes humaines et géographiques. La nature insaisissable et éphémère de l'eau est explorée dans ce chef-d'œuvre de 90 minutes qui traverse ses différentes phases et modalités.

L'eau peut prendre tellement d'identités différentes. Elle peut se métamorphoser rapidement. Elle peut être liquide, glace ou vapeur. L'eau peut également se trouver dans le sol sous forme de lac. Elle peut tomber du ciel sous forme de gouttes de pluie, et flotter dans l'air et nous envelopper de sa présence imperceptible. Ces trois modes sont présentés librement avec trois groupes de personnages dans trois chapitres distincts se déroulant dans le présent, le passé et le futur. Une œuvre rare qui laisse de l'espace pour l'ambiguïté et la notion de réincarnation. C'est un film qui nous fait nous demander quels fantômes des vies passées errent toujours autour de nous. Dans le dernier chapitre du film, nous avons même l'occasion de voir des masses d'eau humaines flotter à travers la forêt, glisser sur la boue et caresser la mousse et l'herbe. La chorégraphie de ces moments est immersive et provocante de manière indescriptible.

Dans l'ensemble, il y a beaucoup de temps pour respirer dans l'œuvre et ses mots, coécrits par James Lattimer, qui caressent et encadrent tous les concepts de Komljen. « Comme le contenu des gouttes de pluie est léger… Comme le monde me touche en douceur. » Ce passage précis sur la façon dont le calme apparent de l'eau peut refléter le ciel me rappelle un poème écrit par la peintre Agnes Martin intitulé La parabole des cœurs égaux. Je suggère de le lire après avoir vu le film, puis d'aller nager.

 

 

Sofia Bohdanowicz
Cinéaste

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4