Item 1 of 4

Archive

55'

Canada, Belgique, Suisse, 2018

Production : Le Labo

Programmé par Jenny Cartwright

Français, Anglais, Arabe


Documentaire sonore



Résumé


L’histoire de trois Syriens, depuis leur rencontre en 2002 sur les marches de leur université à Damas, jusqu’à l’arrestation de deux d’entre eux en avril 2012 par le régime d’al-Assad. Trois intellectuels de Damas réfugiés en Occident, devenus activistes un peu malgré eux, qui partagent leurs souvenirs et cheminements jusqu’à la révolution syrienne. (Résumé court proposé par la réal) 
« Loin derrière j’ai laissé mon jasmin » est composé à partir d’interviews de Keenana, Maher et Gonny ainsi que d’extraits de la fiction “Je t’accompagne” d’Emmanuelle Gibello. Ces témoins font partis des précurseurs de la révolution du Printemps Arabe, et sont maintenant réfugiés politiques à Paris et Toronto. 
Sons et musique reflètent l’horreur de l’incarcération et de la torture sous un régime dictatorial. Avec un paysage sonore qui donne à entendre le hors-champ des entretiens, les non-dits, les traumatismes ancrés dans le corps de chacun.
Au fil de ce docu-fiction, une nouvelle enveloppe se tisse qui aide chacun des protagonistes-témoins à se reconnecter les uns aux autres paisiblement.
La musique est enregistrée en binaural sur un système quadriphonique afin d’immerger l’auditeur dans le son, idéalement le documentaire s’écoute au casque. La musique est écrite pour le Molf et ses toupies. Le Molf est un instrument développé spécialement par et pour Emmanuelle Gibello en collaboration avec l’IRCAM et une équipe de développeurs. Générique Conception, écriture, entretiens, composition : Emmanuelle Gibello Prise de son & mixage : Didier Rossat Une production du LABO, RTS-Culture, David Collin Co-production Par ouï-dire RTBF, Pascale Tison Avec le soutien du fond Gulliver 2018.

  • J’aimerais dédier cette diffusion à mon ami David Collin qui nous a quitté le 30 septembre dernier.
  • Ce projet a débuté en résidence au centre Daïmon A Gatineau au Canada en septembre 2017. 
 

Remerciements:
Un chaleureux merci à mes amis syriens, Goony, Keenana, Maher, Naleen, Amer, qui ont partagé leurs souvenirs avec moi. Ainsi qu’a David Collin, Pascale Tison, Irène Omelianenko et Didier Rossat.

L'avis de Tënk


Loin derrière j’ai laissé mon jasmin est une œuvre singulière. D’abord, parce qu’elle mêle fiction, entrevues et création sonore dans un docu-fiction abouti au cœur duquel la recherche formelle est aussi riche que le sujet lui-même.
Singulière parce qu’elle existe également comme performance, et qu’Emmanuelle Gibello - qui en signe la conception, l’écriture, les entretiens et la composition - a aussi développé l’instrument de musique unique, le Molf et ses toupies, qui tisse la trame sur laquelle Keenana, Maher et Gonny se racontent.
La musique, enregistrée en binaural sur un système quadriphonique, devient paysage sonore et se substitue aux bombes et aux horreurs de la guerre en faisant ressentir jusque dans le bas-ventre - mais sans les faire entendre - l’incarcération, la torture, la dictature. Le français, l’anglais et l’arabe s’y mêlent et deviennent eux aussi des éléments musicaux : il est possible qu’on ne comprenne pas tout. Tout comprendre du vécu des réfugié.e.s politiques est de toute manière une impossibilité.
Sobre et poétique, ce morceau raconte, en mots et en non-dits, l’exil, les traumatismes et - surtout - la résilience.

Jenny Cartwright
Documentariste et artiste audio

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4