Item 1 of 4

Archive

72'

Québec, 2008

Production : Amazone Film

Programmé par Marie-Odile Demay

Français

Anglais


Arts



Résumé


Ayant hérité du studio de son père après son décès, la cinéaste Jennifer Alleyn se retrouve dans l’espace encore imprégné de l’imaginaire de l’artiste. Telle une anthropologue, elle scrute le lieu et les oeuvres, cherchant au-delà de la mort à prolonger le dialogue, pour comprendre le parcours fascinant de ce libre-penseur ayant marqué l’histoire de l’art contemporain canadien.

L'avis de Tënk


J’ai vu L’atelier de mon père plusieurs fois avec émotion. L’impression qui m’en est restée a toujours été celle d’un dialogue intime et créatif entre les images du peintre Edmund Alleyn et celles de sa fille réalisatrice, Jennifer. En fait, pour moi qui aime le film sur l’art, ce film est une leçon de vie et de réalisation dans le genre. De vie, parce qu’il s’agit d’une rencontre sensible où la réalisatrice utilise sa caméra pour prendre acte du legs de son père artiste - atelier, maison, tableaux, photographies, écrits -, pour ensuite l’immortaliser sur pellicule. Et c’est là que la cinéaste entre dans sa liberté créative dans toute la délicatesse et la force de sa signature. Elle s’offre ici le plaisir d’animer l’eau fixe d’un tableau ; là, de filmer le lent mouvement de la porte moustiquaire battue par le vent ; ou encore, un cadrage fixe, comme un tableau d’Edmund Alleyn, sur un ensemble d’objets épars sur une table. Et ça devient évident, on reconnait la filiation artistique. Ce film est (aussi) de l’art.

Marie-Odile Demay
Productrice et conceptrice transmédia

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4