Item 1 of 4

Archive
92 min
Québec, 2017

Production : Terre Innue

Programmé par Naomie Décarie-Daigneault

Français, Innu-aimun
Français, Anglais

Arts



Résumé


Maliotenam, communauté innue non loin de Sept-Îles, est le berceau du festival de musique Innu Nikamu. Aujourd’hui, la 32e édition se tient sur son site chargé d’histoires. Le documentaire relate l’histoire et la raison d’être du festival à travers les récits de vie intimes de ses fondateurs et artistes. Une histoire de guérison, un devoir de mémoire.

L'avis de Tënk


Sur le vaste terrain qui accueille le festival annuel, à Maliotenam, une foule est rassemblée. La grande scène se dresse au devant, des tentes ont été montées ici et là, des enfants courent, surexcités. À mesure que le soleil descend et que la pénombre s’installe dans la nuit fraîche nord-côtière, la gaieté fébrile du grand rassemblement s’accentue et la musique remplit le ciel. Si aujourd’hui, le festival Innu Nikamu respire le succès, son emplacement physique symbolise à lui seul les aspérités du chemin qui a pu mener la communauté de Maliotenam à ces célébrations pleines de réjouissances. Bâti à l’endroit où trônait l’ancien pensionnat autochtone Notre-Dame-de-Maliotenam, le lieu a été le théâtre des nombreux abus vécus par les enfants arrachés à leur famille, à leur culture, à leur langue et à leur histoire. Par la réappropriation des lieux où fut mis en œuvre le génocide culturel, les innus marquent leur libération des chaînes du passé, et chaque pas de danse piétine la douleur d’hier. La médecine de l’art a commencé à agir, et les chants qui résonnent désormais en innu-aimun dans le ciel de Maliotenam en témoignent.
Innu nikamu ; les innus chantent.

Naomie Décarie-Daigneault
Directrice artistique de Tënk

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4