Item 1 of 4

55 jours
53 min
Québec, 2021

Production : Karl Lemieux, Philippe Léonard
Sans dialogues

Arts



Résumé


Le 27 mars 2021, Godspeed You! Black Emperor a invité ses fans à un événement virtuel, présentant ses projections de films de concert de manière officielle pour la première fois en 25 ans d’histoire du groupe. Les réalisateurs/projectionnistes de GY!BE, Karl Lemieux et Philippe Leonard, ont installé leurs six projecteurs de film 16 mm dans un Cinéma Impérial vide, à Montréal, et ont projeté des dizaines de boucles de films et de bobines pour une expérience de concert typique de Godspeed, sur le nouvel enregistrement du groupe.

L'avis de Tënk


Dans At State’s End!, Philippe Leonard et Karl Lemieux, par leur travail de manipulations de pellicules en direct, illustrent la musique tantôt apocalyptique, tantôt enthousiasmante de la formation post-rock Godspeed You! Black Emperor. Dans une salle de spectacle déserte, les réalisateurs recréent les projections qui accompagnent les prestations sur scène du groupe instrumental montréalais.

 

Conçu pour la sortie en pleine pandémie de l’album G_d's Pee at State's End! (2021), leur travail tend souvent à l’abstraction, ce qui renvoie au côté plus ambiant de la musique de la formation, où les guitares électriques abrasives ou planantes côtoient les instruments à cordes. Mais on retrouve aussi dans le film des images plus concrètes comme celles de l’entrepôt Van Horne ou de la croix du mont Royal, repères visuels emblématiques de Montréal.

 

Le crescendo enivrant du morceau Cliffs Gaze est accompagné par des images d’émeutes et de manifestations, façon de rappeler que Godspeed est, à sa façon, un groupe révolutionnaire. En guise de finale, les réalisateurs nous laissent sur des images presque apaisantes. Fleurs et feuilles balayées par le vent, paysages et cieux défilant en time-lapse épousent alors la beauté élégiaque de l’arrangement des cordes de la dernière pièce de G_d's Pee. C’est tout un éventail d’émotions que l’on traverse en écoutant l’album de la mythique formation et en visionnant At State’s End.

 

 

Jean-Philippe Desrochers
Critique

 

 

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4