Item 1 of 4

2 jours
20 min
Pérou, Québec, 2021

Production : Carlos Ferrand
Sans dialogues

Archives



Résumé


Mobilisant des images Super 8 tournées au début des années 70 par le cinéaste, le court métrage Mecánicos piratas de Lima est un voyage profondément poétique dans un passé intemporel, une oeuvre ethnographique précieuse complétée plus de 45 ans après le tournage, en 2021.

L'avis de Tënk


Au début des années 1970, le Pérou connaît d'importants bouleversements politiques, économiques et sociaux consécutifs au coup d'État mené par le général Juan Velasco Alvarado en 1968. Sous ce régime militaire, une réforme agraire d'envergure est entreprise, l'industrialisation du pays se déploie à plusieurs niveaux, et de nombreux mouvements sociaux émergent, notamment des manifestations étudiantes, des grèves ouvrières et des protestations de groupes autochtones. L'économie informelle est omniprésente, des milliers de personnes travaillant dans des secteurs non réglementés pour subvenir à leurs besoins fondamentaux.

C'est dans ce contexte que Carlos Ferrand, fraîchement revenu au Pérou après des études cinématographiques en Belgique, devient directeur de la photographie et cinéaste pour le gouvernement en place. Issu d'une famille aisée et conscient de sa position privilégiée, Ferrand décide de quitter le confort de son foyer pour s'installer dans un bidonville de Chorrillos, sur la côte de Lima. C'est là qu'il s'intéressa aux inégalités sociales durant ce moment charnière où la promesse de justice sociale était au cœur des discours politiques, aussi bien au Pérou que dans le reste du monde.

Tourné en 1973 et finalisé en 2021, Mecánicos piratas de Lima suit un groupe d'hommes travaillant comme mécaniciens automobiles en périphérie de Lima. Le portrait en mouvement de ces hommes se concentre sur l'ingéniosité et la débrouillardise nécessaires pour survivre dans des conditions de grande instabilité sociale. En revisitant ce matériel capté il y a près de 50 ans, Ferrand dévoile toute la richesse et la potentialité de ces archives qui témoignent de la vie à l’époque. Une captation de proximité du quotidien de ces gens qui reprend littéralement vie grâce au grand travail de mise en scène par le montage et une conception sonore exceptionnelle. Un grand moment d'émotion!


 

Jason Burnham
Responsable éditorial de Tënk

Item 1 of 4

Item 1 of 4