Ce film n'est plus
disponible dans
notre programmation
Bande annonce
Ce film n'est plus
disponible dans
notre programmation

Le fantôme de l'opératrice

Cinéaste : Caroline Martel 2004 PRODUCTION : productions artifact
66'
Anglais, Français Français

À propos de ce film

Résumé

Telle une image fantôme, une voix nous accompagne dans un voyage fait de science et de fiction à travers une centaine de films d'archives qui sont autant de traces de l'histoire des téléphonistes. Une main-d'œuvre invisible a traversé le XXe siècle - celle des téléphonistes. Cobayes des systèmes de gestion de leur temps, elles ont aussi servi de créatures glamour pour d'avant-gardistes campagnes de relations publiques. Avec leur « voix qui sourit », elles ont brillé dans les projections industrielles du progrès.

Le fantôme de l'opératrice les révèle dans un film de montage absolument unique, créé essentiellement à partir d'une centaine de films produits entre 1903 et 1989 pour des compagnies de téléphone d'Amérique. Archéologie fantastique de notre ère, le film propose un portrait à la fois troublant et lumineux d'une société humaine à l'âge technocratique.

L'avis de Tënk

Aboutissement d’une impressionnante recherche en archives, Le fantôme de l’opératrice est façonné d’extraits sélectionnés et agencés avec une intelligence narrative fabuleuse, tout en déployant une esthétique totalement ancrée dans son sujet. S’ajoute une conception sonore riche, ponctuée d’une narration spectrale et d’une musique créée par les ondes Martenot, instrument de musique électronique presque mythique, qui colle parfaitement à l’ambiance mystérieuse dans laquelle l’impalpable se révèle, alors que les téléphonistes et les autres travailleuses disparaissent graduellement.

De manière originale, ce film offre un récit historique fascinant et politiquement chargé. Évitant le didactisme, cette fable documentaire analyse avec acuité et créativité un des trajets qui a mené au monde globalisé d’aujourd’hui; où les avancées techniques sont trop souvent associées directement à un progrès; où les êtres humains sont graduellement purgés par une machine qui est toujours plus performante; où le système économique (dont l’appétit semble insatiable) continue de se gaver de ceux et celles qui ont participé à le mettre en place et à le consolider.

Hubert Sabino-Brunette
Enseignant, programmateur

Cinéaste

Caroline Martel

Caroline Martel est une réalisatrice, artiste et chercheuse québécoise qui s'intéresse tout particulièrement aux archives, aux histoires invisibles, aux technologies audiovisuelles et à l'héritage culturel. Elle a réalisé entre autres, Le chant des ondes (2012) et Spectacles du monde, une installation de 35 écrans pour le Musée d'art contemporain de Montréal. Détenant un baccalauréat en communication et une maîtrise en media studies, elle réalise actuellement un doctorat sur les cinémas d’Expo 67 à l’Université Concordia.