Encore 11 jours

L'héroïque lande, la frontière brûle

Cinéastes : Élisabeth Perceval , Nicolas Klotz France, 2017 PRODUCTION : Shellac
219'
Amharique, Anglais, Arabe, Français, Pachto, Tigrigna Anglais, Français

À propos de ce film

Résumé

À l'hiver 2016, la Jungle de Calais est une ville naissante en pleine croissance où vivent près de 12 000 personnes. Au début du printemps, la zone Sud, avec ses commerces, ses rues, ses habitations, sera entièrement détruite. Les habitants expulsés déplacent alors leurs maisons vers la zone Nord, pour s’abriter et continuer à vivre. À l'automne, l’État organise le démantèlement définitif de la Jungle. Mais la Jungle est un territoire mutant, une ville monde, une ville du futur ; même détruite, elle renait toujours de ses cendres.

L'avis de Tënk

La Jungle est l’appellation que l’on donne aux camps de fortunes habités par ces réfugiés qui tentent de traverser les frontières de l’Europe. L’un des plus connus, celui de Calais, a été démantelé en 2016 après avoir accueilli entre huit et douze mille personnes. Territoire informe, ville de fin du monde, Nicolas Klotz et Élisabeth Perceval nous offrent, avec L'héroïque lande, la frontière brûle, un film puissant, guidé par un souffle instinctif qui dévoile les contours et la beauté de cet étrange habitat. Sobre, jamais misérabiliste, aucun compromis n’est fait sur le plan esthétique et poétique, rendant dignement hommage à chaque personne rencontrée. Et comme pour tout, l’ultime secret, c’est le temps. Sans rien précipiter, les cinéastes captent les récits, dialoguent, questionnent, confrontant par la bande les contrecoups des trop nombreuses crises géopolitiques qui, comme de vieilles rengaines, ne cessent de se répéter. De cette temporalité étirée, dictée par le lieu, se dégage lentement, mais sûrement, l’importance accordée à ces périples homériques et tragiques où l’humain prime sur tout le reste. Une épopée qui rappelle que le cumul de toutes ces histoires se réduira à la seule qui vaille, appartenant au final à ceux et celles qui la portent, dont elle est le lourd bagage, ou la seule lueur d’espoir. Ce film en est le noble témoin.

Nadine Gomez
Cinéaste

Cinéastes

Élisabeth Perceval

Élisabeth Perceval est née en France, mais part dès l’âge de douze ans vivre au Québec. Elle fait ses études à l’École nationale de théâtre de Montréal et revient en France en 1970, où elle rencontre le metteur en scène Bruno Bayen. Ils fondent ensemble la compagnie La Fabrique de Théâtre au sein de laquelle elle joue sous le pseudonyme d'Elsa Pierce. En 1988, elle joue dans La nuit bengali, spectacle de Nicolas Klotz. De cette rencontre artistique naissent une histoire d’amour et une collaboration professionnelle, la comédienne mettant son métier au second plan pour se consacrer à l’écriture. Elle signe les scénarios de La nuit sacrée (1993), Paria (2001), Nus (2005), La question humaine (2007) et Le festin des chiens (2009). En 2004, ils montent ensemble la société de production Petits et grands oiseaux et La compagnie des Indes. En 2007, ils écrivent et réalisent le court métrage La consolation, puis le long Low Life (2012). En 2013, dans le cadre du 67e Festival d’Avignon, ils présentent Le vent souffle dans la cour d’honneur, film dans lequel jouent deux grandes figures du cinéma : Juliette Binoche et Jeanne Moreau. Parmi leurs derniers films citons, entre autres, L'héroïque lande, la frontière brûle (2017), Fugitif où cours-tu ? (2018), Saxifrages, quatre nuits blanches (2021) et Nous disons révolution (2021).

Nicolas Klotz

Né en 1954, Nicolas Klotz débute sa carrière en tant qu’assistant réalisateur avant de passer derrière la caméra en 1987, à l’occasion d’un projet documentaire intitulé Pandit Ravi Shankar, portrait du célèbre joueur de sitar qu’il suit au cours de ses voyages musicaux à travers l’Inde et l’Europe. Par la suite, il adapte plusieurs romans et fonde, en 1995, La compagnie de l’Asile. Puis viendront deux films biographiques consacrés l’un à James Carter en 1998, l’autre à Brad Mehldau en 1999. Il réalise ensuite deux longs métrages: Paria (2000) et La blessure (2003). Enseignant à La Fémis, il travaille en collaboration avec Élisabeth Perceval, dont il est le compagnon. Ils ont, entre autres, réalisé ensemble Low Life (2012), L'héroïque lande, la frontière brûle (2017), Fugitif où cours-tu ? (2018), Saxifrages, quatre nuits blanches (2021) et Nous disons révolution (2021).