Abonnez-vous
Ce film est sorti de notre programmation
Retrouvez-le en location
Bande annonce
Encore 65 jours

Le fils béni

Cinéaste : Tony Asimakopoulos Canada, 2011 PRODUCTION : EyeSteelFilm
82'
Anglais, Grec Anglais, Français

À propos de ce film

Résumé

Le récit autobiographique du fils de deux immigrés grecs vivants au Canada. Guidé par sa recherche du bonheur, le cinéaste Tony Asimakopoulos pose un regard attendri sur sa relation compliquée, parfois douloureuse, avec ses parents vieillissants, et sur les schémas de dysfonctionnement qu’il partage avec eux. C’est un film sur la confiance, le désespoir, le renouveau, et toutes les façons d’aimer sa famille.

L'avis de Tënk

Dans cette œuvre autobiographique, Tony Asimakopoulos nous donne accès au territoire le plus intime qui soit, celui de la famille. Surmontant des années difficiles de dépendance, il explore l’abysse des liens parfois oppressants qui nous lient à elle. Avec une caméra toute en intimité, à la limite de l’intrusion, et à travers un montage nourrit par des extraits de sa cinématographie étudiante, Tony scrute ses sujets avec un sens aiguisé de l’autocritique. Sa mère, inquiète et dévorante qui cherche à apaiser chaque problème par des repas copieux, son père, réservé et blessé par la souffrance de son fils. Puis la relation au pays, à la Grèce laissée derrière, avec ses souvenirs parfois douloureux, mais dont on n’oublie jamais l’odeur de la mer, et le ciel infini. Et l’amour, cette avenue salvatrice qui permet de s’accrocher, et de sortir du couffin, au péril d’une fiancée lumineuse qui se voit plongée dans un noyau familial aussi étouffant et dysfonctionnel, que rempli d’un amour inépuisable. Par sa persévérance parfois intrusive à filmer sur une longue période, Tony nous révèle de manière bouleversante, avec ce film qui s’immisce comme une tentative de réconciliation et d’absolution, le chemin sinueux, complexe et intriqué qu’est la vie familiale. Témoignant de ces petits espaces d’usure qui peuvent amenuiser le plus fort des amours, Le fils béni réveille en nous le sentiment qu’il est peut-être impossible de se défaire complètement de cette filiation qui s’inscrit au plus profond de nous, pour le meilleur et pour le pire.

Nadine Gomez
Cinéaste

Cinéaste

Tony Asimakopoulos

Tony Asimakopoulos est un réalisateur et monteur installé à Montréal. Après des études à l’université Concordia, il a réalisé les courts-métrages primés Jimmy Fingers (1991) et Mama’s Boy (1992), projeté au Festival International du Film de Toronto ainsi qu’à Montréal, Locarno, Göteborg et Melbourne. Après avoir surmonté une dépression et un problème sévère de toxicomanie, il a participé au documentaire Confessions of a Rabid Dog, réalisé par John L’Écuyer, puis a développé des ateliers vidéo pour jeunes à risque à Ottawa. De retour au monde du cinéma et de la télévision, il a écrit et réalisé le long-métrage de fiction Horsie’s Retreat (2004) au Canadian Film Centre, et la série Canadian Casefiles (2005-2006) pour Global Television. Son travail de monteur comprend Family Motel (2007) et le documentaire Rip ! A Remix Manifesto (2008). En 2012, il réalise son premier long métrage documentaire, A Fortunate Son, produit par EyeSteelFilm.