Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 14 jours
Bande annonce
Encore 14 jours

Intérieurs du delta

Cinéaste : Sylvain L'Espérance Québec, 2009 PRODUCTION : Les Films du Tricycle
76'
Français

À propos de ce film

Résumé

La vie d’une famille de pêcheurs du delta intérieur du fleuve Niger au Mali est bouleversée par les effets de la mondialisation : la hausse du prix du pétrole et des denrées de base, la crise de la pêche et les changements climatiques. Le film est traversé par un questionnement sur les liens de transmission entre les générations, par le rapport à l’histoire et à la mémoire qui est présent dans cette région où persistent les traces du commencement des choses.

L'avis de Tënk

Sur les pourtours de ce cours d’eau où s’est installée une parcelle d’humanité, Sékou, sa femme et ses enfants nous parlent de l’usure du territoire, de leur usure à eux, et de cette soi-disant lumière apportée par les Blancs qui a fini par jeter de l’ombre sur leurs vies. Travaillant sans relâche sur ces eaux qui les ont tant nourris, les filets vides trahissent pourtant le fait qu’aujourd’hui ses fruits se sont taris, et que sans ces précieuses ressources, l’humain n’est rien.

Sylvain L’Espérance prend le temps et donne le temps à ces gens qui viennent du delta. Le regard du cinéaste est attentif. Son écoute est sensible, délicate, s’attardant aux bruits de l’eau, à celui du vent, aux fantômes qui revivent avec les orages. Intérieurs du delta est empreint d’une attention aux détails du réel, témoignant de la résilience humaine, de sa parole, de ses gestes. Ici, les témoignages déployés en longueur laissent toute la place à la musicalité des mots, aux expressions et aux tournures de phrases propres à un lieu, révélant que le langage est porteur autant des moyens de survivance que d’une filiation qui vient aussi avec le poids de la tradition.

Nadine Gomez et Khoa Lê
Cinéastes

Cinéaste

Sylvain L'Espérance

Né à Montréal en 1961, Sylvain L’Espérance a étudié les arts visuels et le cinéma. Depuis 25 ans, il a parcouru un chemin qui l’a conduit du Québec au Mali jusqu’en Grèce, réalisant une dizaine de films qui allient cinéma direct et recherche expérimentale dans une exploration poétique du réel. La place qu’occupent dans notre monde l’étranger et les communautés marginalisées est au cœur des préoccupations de chacun de ses films. Migrants, ouvriers, artisans, navigateurs, pêcheurs, bergers, chômeurs, sans-abri, ce sont les gens du peuple qui y parlent et s’y mettent en scène. Par le biais du théâtre de rue, du chant et de la poésie qu’ils pratiquent, ses films révèlent une parole politique et libre habitée par une force brute et indomptable.

Sélectionnés et primés dans les festivals de documentaire majeurs, les films de L’Espérance connaissent aujourd’hui un rayonnement international. Intérieurs du delta a reçu le Prix de la meilleure réalisation au Festival dei Popoli de Florence (2010) et Sur le rivage du monde, le Grand Prix de la compétition internationale au DOK.fest de Munich (2013). Son dernier film, Le chant d'Empédocle a été sélectionné aux RIDM (2019) et au DOK.fest Munich (2020).