Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 14 jours
Bande annonce
Encore 14 jours

Ouvrir la voix

Cinéaste : Amandine Gay France, 2017 PRODUCTION : Bras de fer
122'
Français Anglais

À propos de ce film

Résumé

Ouvrir la voix est un documentaire sur les femmes noires issues de l'histoire coloniale européenne en Afrique et aux Antilles. Le film est centré sur l'expérience de la différence en tant que femme noire et des clichés spécifiques liés à ces deux dimensions indissociables de l'identité femme et noire. Il y est notamment question des intersections de discriminations, d'art, de la pluralité des parcours de vies et de la nécessité de se réapproprier la narration.

L'avis de Tënk

Ouvrir la voix est sans conteste un documentaire politique essentiel et un véritable manifeste afroféministe aux ambitions esthétiques demeurant souvent délaissées par la critique cinématographique. Pourtant, avec ce premier long métrage, Amandine Gay ne se limite pas à une simple série d’entrevues. Bien au contraire, elle offre une vision artistique audacieuse aux regards des spectateur.trice.s. En même temps que les paroles se libèrent, la caméra bienveillante de la réalisatrice n’hésite pas à s’approcher des visages et accompagne le regard de ces femmes défiant les normes d’une Europe au passé colonial. Quelle place reste-t-il aux femmes noires si la majorité des représentations féminines restent essentiellement figées sur les mêmes modèles blancs ? C’est bien une réappropriation de l’espace filmique et de la narration que propose la réalisatrice. Un véritable « female gaze » qui s’autorise à déconstruire les codes d’un féminisme hégémonique à travers une esthétique basée sur la réaffirmation d’un « soi » politique.

Julia Minne
Programmatrice

Cinéaste

Amandine Gay

Réalisatrice, universitaire, activiste, Amandine Gay partage son temps entre recherche et création. Pour elle, la réappropriation de la narration est un acte d’émancipation. Après Ouvrir la voix, son premier film qui donne la parole à 24 femmes afrodescendantes francophones, elle prépare un second documentaire, Une histoire à soi, consacré à l'adoption internationale du point de vue de cinq personnes adoptées, aujourd’hui adultes.

Amandine Gay intervient régulièrement comme conférencière à propos de l’afroféminisme, de l’intersectionnalité ou de l’adoption. En 2015, elle signe la préface de la première traduction française du classique de bell hooks, Ne suis-je pas une femme. On la retrouve également comme auteure dans plusieurs ouvrages collectifs. En 2020, elle signe avec les éditions La Découverte pour la publication de son premier ouvrage, un essai autobiographique sur l’adoption.