Encore 9 h

Une histoire de femmes

Cinéastes : Martin Duckworth , Joyce Rock , Sophie Bissonnette Québec, 1980 PRODUCTION : Les Ateliers audio-visuels du Québec
83'
Anglais, Français

À propos de ce film

Résumé

La grève des travailleurs des mines de nickel de la multinationale INCO à Sudbury en 1978-79 est un jalon de l’histoire ouvrière au Canada. Les cinéastes ont choisi de suivre ce conflit d’une durée de 9 mois du point de vue des femmes des grévistes qui s’organisent en comité d’appui à la grève.

Tourné au cœur des familles ouvrières, le film documente au quotidien l'implication des femmes dans la grève : les activités pour soutenir les familles, les lignes de piquetage, les prises de conscience et les débats parfois houleux avec le syndicat ou leurs maris. Ensemble les femmes de Sudbury découvrent l’emprise de la compagnie sur leur vie personnelle et sur la vie collective, remettant en question leur rôle domestique traditionnel et découvrant leur propre pouvoir.

L'avis de Tënk

J’ai tout appris de Martin Duckworth avec ce film que j’ai coréalisé avec lui et Joyce Rock. Au début des années 70, Martin avait choisi de quitter un emploi permanent, et dangereusement confortable, à l’ONF pour mener la vie de cinéaste indépendant et engagé. Avec sa générosité légendaire, celui qui a aidé tant de cinéastes émergents au cours de sa longue feuille de route, avait offert à Joyce et moi, deux jeunes féministes militantes n’ayant alors aucun film à notre actif, de coréaliser ce film sur le comité des femmes en soutien à la grève de leurs maris à Sudbury contre la minière INCO.

Un tournage sur plusieurs mois, dans la tradition du direct, qui documente la prise de conscience des « ménagères » de leur rôle social et économique, bousculant maris, syndicat - et compagnie surtout.

Un film qui demeure pour moi une grande leçon de vie : sur le pouvoir du collectif et de la solidarité pour renverser les rapports de force et sur le pouvoir du cinéma, ancré dans l’amour des gens et l’évocation, ce que m’a transmis Martin, un grand amoureux du « vrai monde », de poésie et de musique.

Sophie Bissonnette
Cinéaste

Cinéastes

Martin Duckworth

Martin Duckworth est un cinéaste et directeur photo montréalais. Né dans une famille de militants pacifistes et féministes, il étudie en histoire et part l'enseigner au Nouveau-Brunswick. Après une projection de Golden Gloves de Gilles Groulx, il décide de tout quitter pour devenir cinéaste. Il a réalisé ou coréalisé plus d'une trentaine de films. En 2002, il a été honoré et nommé « Artiste pour la Paix » et en 2015, il a reçu le prestigieux prix Albert-Tessier. Il a également enseigné le cinéma à l'Université Concordia.

Joyce Rock

Joyce Rock est originaire de Montréal. Après la co-réalisation du documentaire Une histoire de femmes, elle s’est tournée vers le travail communautaire. Elle a notamment été directrice générale de l’organisme Downtown Eastside Neighbourhood House à Vancouver de 2005 à 2011. De retour à Montréal, elle a poursuivi son engagement communautaire et a récemment reçu le Prix 3M de leadership en santé.



Sophie Bissonnette

Sophie Bissonnette réalise des films documentaires depuis 1979. Cette cinéaste indépendante signe son premier documentaire, Une histoire de femmes (1980), une coréalisation primée Meilleur long métrage québécois de l’année par la critique québécoise. Depuis, avec chacune de ses œuvres, elle aborde différents genres, s’intéressant à la vie des femmes, à l’histoire ouvrière et à la justice sociale. Elle a notamment réalisé Quel numéro/What Number (1985) sur la révolution informatique et le travail des femmes, Des lumières dans la grande noirceur (1991) sur la militante Léa Roback et Être ou paraître (2010) sur les effets nocifs pour les jeunes des images sexistes et sexualisées dans les médias. Sophie Bissonnette est aussi très engagée dans le milieu culturel pour promouvoir le documentaire, le film d’auteur et le cinéma des femmes. Elle est notamment cofondatrice des Rencontres internationales du documentaire de Montréal et de Réalisatrices Équitables.