Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 29 jours
Bande annonce
Encore 29 jours

Le blues entre les dents

Cinéaste : Robert Manthoulis France, 1973 PRODUCTION : Neyrac films
88'
Anglais Français

À propos de ce film

Résumé

Une simple histoire d'amour et de misère d'un jeune couple du ghetto de Harlem se juxtapose aux rencontres avec douze grands chanteurs de blues (B.B. King, Mance Lipscomb, Robert Pete Williams, Roosevelt Sykes...) filmés dans leur milieu social. Tous se racontent par la musique, et c'est l'enfer quotidien de la condition noire qui est exprimé dans ce documentaire.

L'avis de Tënk

La force du film de Robert Manthoulis est de jouer avec les codes du documentaire autant qu’avec ceux du blues. Son film pourrait se résumer à une suite de rencontres avec les maîtres du genre, filmés au plus près dans leur maturité, celle des années 70 durant lesquelles ils connurent – enfin ! – une véritable gloire. Mais non. Manthoulis préfère utiliser les moyens de la fiction (le « véhicule » narratif est incarné par une jeune frappe de Harlem, Freddy, en proie aux affres du couple et de la galère). Ce frottement entre deux registres nous plonge dans l’esprit même du blues. Une musique qui s’éprouve, se ressent autant qu’elle se vit. B.B. King ou Roosevelt Sykes ne disent pas autre chose, eux qui s’époumonent ici à la pensée de leur amour perdu, là de leur vie volée par à peu près tout. Ce film, comme les meilleurs, est autant à regarder qu’à écouter. Il vous fera peut-être sourire, vibrer, vous vous demanderez peut-être quel chemin il vous fait emprunter. Faites-lui confiance : ce chemin est le blues.

Benoît Hické
Programmateur et enseignant

Cinéaste

Robert Manthoulis

Né en 1929 à Athènes, Robert Manthoulis fait des études de sciences politiques avant d'aller suivre des cours de théâtre, de cinéma, d'histoire de l’art et de relations internationales à New York. De retour dans son pays natal, il tourne ce qui est considéré comme le premier film du réel en Grèce : Lefkada, l'île des poètes (1958). En 1966, il réalise Face à face, qui se penche sur la montée du fascisme en Grèce. Un an plus tard, le film est projeté au Festival de Hyères en sa présence. Le jour de la projection, les colonels prennent le pouvoir à Athènes. Dans l'impossibilité de rentrer chez lui, il s'installe d'abord en Suisse, avant de rejoindre Paris. Son œuvre comprend aujourd'hui plus d’une centaine de films, qu'il s'agisse de fictions ou de documentaires, de travaux personnels ou de commande, pour la télévision ou le cinéma.