Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays Abonnez-vous
Encore 39 jours
Bande annonce
Encore 39 jours

Jazz, portrait d'une âme oubliée de Detroit

Cinéaste : Arno Bitschy France, 2017 PRODUCTION : Jarring Effects
40'
Anglais

À propos de ce film

Résumé

Dans une Amérique plus divisée que jamais, Detroit, ville fantomatique, révèle la face sombre du rêve américain. Dans une des nombreuses maisons abandonnées vit une vieille femme, Jazz. Elle chante des vieux morceaux de Billie Holiday, des histoires d’amour tristes, des destins déchus, des passions déchirantes. Sur son porche, elle regarde le temps qui passe, loin du chaos qui secoue son pays. Son rite est immuable. Tous les jeudis, elle retrouve ses amis dans un club de jazz et elle chante. Sa voix brisée rayonne. Un destin oublié, enfin mis en lumière grâce à Arno Bitschy.

L'avis de Tënk

Avec en filigrane l'élection étatsunienne de 2016, Jazz, portrait d'une âme oubliée s'ouvre sur les voix de Barack Obama (enregistrement de 2008) et de Donald Trump. Mais Arno Bitschy, cinéaste français, laisse rapidement de côté la politique pour s'intéresser de près à une ville qui tombe en décrépitude − montrée par de longs travellings qui dévoilent le triste état des lieux −, à la communauté noire qui l'habite et, surtout, à cette femme modeste. L’aspect très réaliste, voire brutal, du gros plan muet de son visage contraste d’ailleurs avec les beaux discours des deux politiciens. Bitschy filme toujours son sujet avec beaucoup d'empathie, de pudeur et de respect. Bien que la musique ne soit pas à l'avant-plan du documentaire, elle reste primordiale puisque « Jazz » ne (sur)vit que pour interpréter sur scène les chansons de son idole, notamment l'immense Strange Fruit. Portrait déchirant d'une femme meurtrie mais forte et d’une Amérique en perdition, le film émeut très fortement, surtout après la lecture des mots qui le concluent.

Jean-Philippe Desrochers
Critique

Cinéaste

Arno Bitschy

Monteur de formation, Arno Bitschy découvre le cinéma documentaire comme bénévole aux États généraux du film documentaire de Lussas. Un cinéma exigeant et un champ des possibles infini. Il réalise son premier documentaire Marie-France (2007), le portrait d’une femme tatouée, qui exorcise ses démons et les souffrances de son passé par le tatouage. Il développe ensuite un projet musical et documentaire avec le label de musique Jarring Effects, Mother City Blues (2013) au Cap, en Afrique du Sud. Ce projet mutera en série pour aboutir à Detroit, autre capitale de la musique, avec Resilience (2015). Il y retourne pour filmer Jazz, portrait d'une âme oubliée de Detroit, le portrait d'une vieille femme qui chante des chansons de Billie Holiday dans sa maison abandonnée. Au fil de ses expériences, Arno Bitschy affûte une caméra sans concession avec l’envie de capter l’humain dans sa complexité et ses facettes les plus étranges.