Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays Abonnez-vous
Encore 39 jours
Bande annonce
Encore 39 jours

Godin

Cinéaste : Simon Beaulieu Québec, 2011 PRODUCTION : Les films de Gary
75'
Français

À propos de ce film

Résumé

L’oeuvre et la vie de Gérald Godin auront été marquées par son engagement viscéral envers le Québec. Oubliée ou méconnue, la contribution de son héritage politique et littéraire au patrimoine culturel est inestimable. De Trois-Rivières à Montréal, des années 60 au référendum de 1995, en passant par les prisons d’Octobre et les chansons de sa compagne Pauline Julien, le film Godin allie archives et entrevues pour retracer le parcours unique d’un combattant. Un portrait saisissant de celui que l’on surnomme le député-poète. Une courtepointe cinématographique du Québec moderne, tissée par un amalgame d’archives d’exception.

L'avis de Tënk

Figure emblématique de la scène politique et littéraire québécoise, Gérald Godin était un homme d'exception, comme il s'en fait peu. À la fois poète, intellectuel et député, sa carrière fut marquée d'un grand humanisme et d'une ouverture d'esprit sans pareil, palpables autant à travers ses écrits que dans son implication auprès de sa communauté. Le cinéaste Simon Beaulieu brosse un portrait fascinant de ce personnage complexe et attachant dans ce documentaire paru en 2011. Mêlant avec brio entretiens et images d’archives, le film nous propose une traversée de la vie singulière du député-poète, en passant par sa relation tumultueuse avec la chanteuse engagée Pauline Julien, leur emprisonnement durant la crise d'Octobre et son dévouement pour l'inclusion tout au long de sa lutte pour l'indépendance du Québec. Alors que nous traversons une période trouble, empreinte de division et de polarisation politique, Godin demeure encore aujourd'hui un modèle exemplaire de progressisme et d’ouverture.

Frédéric Savard
Archiviste et programmateur

Cinéaste

Simon Beaulieu

Cinéaste et scénariste, Simon Beaulieu a écrit et réalisé trois longs métrages documentaires abordant la question de l’engagement de l’artiste dans la société ainsi que celle de la résistance de la culture québécoise : Lemoyne en 2005, "Godin" en 2011 de même que Miron : un homme revenu d’en dehors du monde en 2014. En 2019, il coscénarise le long métrage La grande noirceur de Maxime Giroux, dont il signe aussi les dialogues. Il vient de réaliser un quatrième long métrage, Le fond de l’air, une réflexion sur le destin de l’humanité à l’ère de l’Anthropocène.