Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 45 jours
Bande annonce
Encore 45 jours

Il passaggio della linea

Cinéaste : Pietro Marcello Italie, 2007 PRODUCTION : Indigo Film
56'
Italien Anglais, Français

À propos de ce film

Résumé

Entièrement tourné dans des trains de nuits fréquentés par les pauvres et les immigrés, "Il passaggio della linea" est un voyage élégiaque du Nord au Sud à travers l'Italie. Ces trains express à longue distance, abandonnés à un destin de décadence lente, traversent la péninsule du soir au matin. Les trajets, les gares, les paysages, les architectures, les visages et les dialectes composent un mélange se métamorphosant en un seul corps.

L'avis de Tënk

Au début, le réalisateur parcourt le trajet des anciens trains express de nuit, supprimés peu après la sortie du film avec l'avènement de la grande vitesse. Résultat d'un long et infatigable travail, le film passe de Salerne à Trente, de Gênes à la Sicile : un voyage sans relâche à travers lequel un nouveau paysage italien est peint par-delà la fenêtre. Le voyage, de la nuit au matin, est marqué par d'innombrables rencontres à bord de vieux trains, qui contribuent à composer le portrait d'une Italie invisible (banlieusards, saisonniers, migrants, vagabonds et vieux anarchistes). Lauréat de la section Orizzonti à Venise, c'est un film dont la force réside dans un geste simple : né comme une enquête, sans intrigue définie et avec un budget réduit au minimum, il se transforme en un poème nocturne inoubliable, révélant un monde sur le point de disparaître.

Daniela Persico
Programmatrice et critique

Cinéaste

Pietro Marcello

Pietro Marcello est un réalisateur italien né en 1976 à Caserte. Après des études en peinture à l'Académie des beaux-arts de Naples, il se tourne vers le cinéma en 2000, d'abord comme assistant-réalisateur. Après quelques courts métrages documentaires, il tourne "Il passaggio della linea" (2007) sur les trains express italiens, présenté à la Mostra de Venise et qui le révèle comme auteur. En 2009, il réalise "La bocca del lupo", qui remporte une série de prix dont le grand prix du Festival du film de Turin. En 2011, il présente deux documentaires à la Mostra de Venise : "Il silenzio di Pelešjan", sur le réalisateur d'avant garde Artavazd Pelechian, et "Marco Bellocchio, Venezia 2011", un bref portrait du réalisateur Marco Bellocchio. En 2015, Pietro Marcello présente le long métrage "Bella e perduta" aux festivals de Locarno et de Toronto. En 2019, il réalise son premier film de fiction, un projet qu'il mène depuis longtemps, "Martin Eden", basé sur le roman de Jack London.