Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 18 jours
Encore 18 jours

Le pays des sourds

Cinéaste : Nicolas Philibert France, 1993 PRODUCTION : Les Films d'ici
99'
Français Français

À propos de ce film

Résumé

À quoi ressemble le monde pour les milliers de gens qui vivent dans le silence ? Jean-Claude, Abou, Claire, Florent et tous les autres, sourds profonds depuis leur naissance ou les premiers mois de leur vie, rêvent, pensent, communiquent par signes. Avec eux, nous partons à la découverte de ce pays lointain où le regard et le toucher ont tant d'importance. Ce film raconte leur histoire et nous fait voir le monde à travers leurs yeux.

L'avis de Tënk

Un quatuor silencieux exécute une chorégraphie de gestes virtuoses. On jurerait entendre des harmonies, une envolée lyrique ou un récital poétique, entre douceur et fulgurance. Pourtant le silence règne… Si ce n’est le claquement des mains, le froissement des vêtements ou la respiration saccadée des interprètes. L’échange de sourires et de regards espiègles nous révèle leur apparente complicité : visiblement, ils parlent le même langage !

Cette entrée en matière constitue le déclencheur d’une magnifique immersion dans la culture sourde, portée par le regard humaniste de Nicolas Philibert et la résilience des personnages qui peuplent son film. Ici, le hors champ n’est pas une option, le langage cinématographique se soumet à leur réalité, dans un réjouissant renversement des rapports de force où ils deviennent conteurs et metteurs en scène de leur propre histoire. S’en découle une mosaïque impressionniste dénuée de tout misérabilisme où les moments « silencieux » revêtent, par le geste, la plus grande éloquence.

Jason Burnham
Assistant à la programmation de Tënk.ca

Cinéaste

Nicolas Philibert

Nicolas Philibert est né à Nancy en 1951. Après une licence de philosophie, il se tourne vers le cinéma et devient assistant-réalisateur, notamment auprès de René Allio et Alain Tanner. Après avoir tourné pendant quelques années des films de montagne et d'aventure sportive pour la télévision, il se lance dans la réalisation de longs métrages documentaires qui seront tous distribués en salles. En 2001, Nicolas Philibert réalise "Être et avoir", qui connaîtra un immense succès en France et dans le monde entier. Depuis une quinzaine d'années, plus de 120 hommages et rétrospectives de ses films ont été organisés de par le monde.

Si Philibert a surtout réalisé des documentaires, il précise toutefois que le mot documentariste "contribue à dresser une frontière autour d’un genre qui n’a jamais cessé d’évoluer et dont chacun connaît au contraire la porosité, la variabilité des tracés, les liens presque consanguins qu’il entretient avec celui qu’on lui oppose toujours, celui de la fiction".