Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 22 jours
Bande annonce
Encore 22 jours

La jetée

Cinéaste : Chris Marker France, 1962 PRODUCTION : Argos films, RTF
27'
Français

À propos de ce film

Résumé

Sur la jetée d'Orly, un enfant est frappé par le visage d'une femme qui regarde mourir un homme. Plus tard, après la Troisième Guerre mondiale qui a détruit Paris, les survivants se terrent dans les souterrains de Chaillot, où des techniciens expérimentent le voyage dans le temps. Car c'est dans le Temps que se trouvera le seul moyen de survivre à ce nouveau monde. Seuls l'avenir et le passé peuvent sauver le présent…

L'avis de Tënk

Vous qui regardez ce film, vous pourriez bien être l’homme dont Chris Marker raconte l’histoire, car La Jetée met en scène une expérience de voyage dans le temps à travers les affres de la mémoire. Ce n’est pas un hasard s’il a choisi Jacques Ledoux, alors conservateur de la cinémathèque royale de Belgique, pour incarner le chef de cette expérience qui s’apparente étrangement à celle que les spectateurs vivent lorsqu’ils regardent un film.

Ce court métrage, un des plus célèbres de l’histoire du cinéma, rappelle l’obsession de Chris Marker pour le film Vertigo d’Alfred Hitchcock, d’où la présence de ce personnage prénommé Madeleine. Objet d’une mémoire fétichisée de Proust à Marker, cette Madeleine devient un véhicule pour se déplacer dans le temps idéalisé du cinéma qui est composé, on le sait, de photos fixes pour créer l’illusion du mouvement. Le temps d’un seul plan, au milieu du film, l’illusion de ce mouvement apparait comme la révélation d’un amour pour cette femme qui symbolise la magie du cinéma.

Cette histoire d’amour, c’est aussi celle que Chris Marker n’a jamais pu vivre avec la réalisatrice et monteuse Hélène Châtelain qui incarne cette Madeleine aperçue sur la jetée d’Orly. Ironie du sort, avant de mourir, Hélène Châtelain avait perdu la mémoire, mais leur histoire d’amour fantasmée survit toujours le temps de ce court métrage. Au terme de l’expérience, le spectateur s’éveille et comprend, non seulement qu’il est lui-même le personnage central de ce film, mais que personne ne peut déjouer le temps, sauf au cinéma.

Denys Desjardins
alias Syned Sindrajed
Cinéaste, essayiste et directeur artistique

Cinéaste

Chris Marker

Chris Marker nait en 1921 à Neuilly. Il débute des études de philosophie, vite interrompues par le conflit mondial. Après la guerre, il travaille au sein de Peuple et culture, commence à écrire pour la revue Esprit et à réaliser ses premiers films dont Lettre de Sibérie qui le fit plus largement connaître. Écrivain, photographe, cinéaste et finalement artiste multimédia, Chris Marker est l'auteur d'une œuvre protéiforme et novatrice. Son goût pour l'expérimentation éclate dans La Jetée (1962), court-métrage d'anticipation annonçant ses thématiques de prédilection : le temps, la mémoire, la puissance des images. La même année, il tourne Le Joli Mai, dans les rues de Paris, dans l'esprit du cinéma direct. La décennie 70 est marquée par des films engagés dont le plus célèbre, Le fond de l'air est rouge (1977), dresse un bilan des luttes des sixties tout autour de la planète. Dans ce sillon politique, il explore les liens entre mémoire individuelle et histoire dans Sans soleil (1983) puis dans des hommages posthumes comme Le Tombeau d'Alexandre (1993). Dans les années 1990, le plus souvent en collaboration avec le Centre Pompidou de Paris, il conçoit plusieurs installations qui explorent les frontières entre réel et imaginaire. Il s'éteint à Paris à l'été 2012, faisant figure de référence pour les cinéastes contemporains.