Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 14 jours
Bande annonce
Encore 14 jours

Facce

Cinéastes : Cecilia Mangini , Paolo Pisanelli Italie, 2018 PRODUCTION : OfficinaVisioni
5'
Sans dialogue

À propos de ce film

Résumé

Une foule étonnée lève son visage vers une jeune photographe en 1956, lors de la fête d'un village des Pouilles.

L'avis de Tënk

Les paysages-visages d'une foule de spectateurs surpris par l'audace d'une jeune photographe dans un village des Pouilles qui célèbre la fête du saint patron. Pendant que la fanfare s'exécute, Cecilia Mangini, en jeans, veste et caméra Superikonta 6x6, se lance sur les marches du kiosque à musique derrière le maestro qui dirige la plus belle ouverture de Rossini. Les visages émerveillés du public de Rutigliano montrent l'étonnement devant ce qui est en train de se passer. Clic ! Un instant qui dure 55 ans nous ramène au paysage formé par les visages, par les hommes endimanchés pour assister au concert sur la place. Ce sont tous des hommes, de tous âges. On ne voit pas de femmes, sauf quelques visages à moitié cachés ; une a un enfant avec elle.

Dans l'espace public se pressent mille visages, mille histoires, mille trajectoires imprévisibles fixés à jamais par le cliché de Cecilia, photographe de rue, seule femme à agir, prête à enchanter et à surprendre le public à un moment décisif, un centième de seconde qui dure à jamais.

C'est l'exploration d'un cliché photographique célèbre. Cecilia aimait beaucoup ouvrir ses rétrospectives avec Il Barbiere di Siviglia de Rossini et avec ces paysages-visages qui se lient aux vrais visages, aux beaux visages, des films réalisés par Pier Paolo Pasolini.

Paolo Pisanelli
Cinéaste et collaborateur de Cecilia Mangini

Cinéastes

Cecilia Mangini

Cecilia Mangini est une cinéaste, documentariste et photographe née en Italie en 1927, dans les Pouilles, et décédée à l'âge de 93 ans en janvier 2021, à Rome. D'abord photographe, elle pose dès ses débuts un regard engagé, attentif et personnel sur l’individu et la société, avec une attention particulière aux thèmes de la marginalité, de l’immigration et des injustices sociales. Première femme en Italie à tourner des documentaires dans l’après-guerre, auteure de quelques longs métrages et de plus de quarante courts métrages en grande partie coréalisés avec son mari Lino Del Fra, elle a su mettre en évidence la transition de son pays qui s’éloignait – parfois lentement – du fascisme, vers une société industrielle. Son itinéraire croise ceux de Vittorio De Seta, Gianfranco Mingozzi, Florestano Vancini, Vasco Pratolini et de Pier Paolo Pasolini, à qui elle confie la rédaction du commentaire de trois courts métrages présentés ici. Cecilia Mangini a transmis aux générations futures quelques-unes des plus belles images de l’Italie des années 50 et 60.

Paolo Pisanelli

Paolo Pisanelli est né en Italie. Il est photographe, cinéaste, commissaire d'exposition et organisateur d'événements culturels, directeur artistique de la Festa di Cinema del reale (Corigliano d’Otranto, Pouilles, Italie). D’abord photographe de plateau, il se consacre dès 1997 à la réalisation de documentaires, programmés en Italie et à l’étranger. Il a raconté la vie des villes, des migrants, les luttes sociales, les traditions musicales. En 2005, il rencontre Cecilia Mangini et ils se lient d'amitié. Avec la Festa di Cinema del reale et OfficinaVisioni, il promeut et diffuse l’œuvre photographique et cinématographique de Cecilia. Ils ont signé ensemble trois documentaires et deux courts métrages.