Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 14 jours
Bande annonce
Encore 14 jours

Daguerréotypes

Cinéaste : Agnès Varda Allemagne, France, 1975 PRODUCTION : Ciné-Tamaris
79'
Français

À propos de ce film

Résumé

« Daguerréotypes n’est pas un film sur la rue Daguerre, pittoresque rue du 14e arrondissement, c’est un film sur un petit morceau de cette rue, entre le numéro 70 et le numéro 90, c’est un document modeste et local sur quelques petits commerçants, un regard attentif sur la majorité silencieuse. C’est un album de quartier, ce sont des portraits stéréo-daguerréotypés, ce sont des archives pour les archéo-sociologues de l’an 2975. Comme dans la rue Mouffetard, où j’ai filmé mon Opéra-Mouffe, Daguerréotypes est mon Opéra-Daguerre. »

Agnès Varda

L'avis de Tënk

Levée du rideau au théâtre du quotidien, rue Daguerre.

C’est dans cette petite rue au nom prédestiné, enclavée dans le 14e arrondissement, que se jouent mille et une histoires. Des histoires ordinaires. Des histoires de petits commerçants, de voisins et de passants. Ces gens qui, même en dormant et en rêvant, restent dans le travail.

C'est suite à la naissance de son fils, ne pouvant tourner loin de la maison, qu'Agnès Varda décide de filmer ce qui l’entoure: les commerces et les habitants de sa rue. La cinéaste y capte la magie du banal et de l’anodin. Elle y filme les gestes, les regards et les démarches, les transactions et les formules de politesse, les salutations cordiales et les potinages de trottoir, les moments d’action et de suspension. Elle saisit la couleur historique du tissu social de ce microcosme constitué d’à peine quelques adresses. Plus que jamais anthropologue du quotidien, Agnès Varda écrit la vie.

Florilège de portraits tirés avec le plus grand amour, Daguerréotypes agit telle une capsule temporelle que l’on découvre avec bonheur et émotion, conservant et restituant ce que ne peut faire revivre la simple mémoire et réalisant ainsi la plus « étonnante conquête que l’homme ait encore fait sur l’oubli » pour reprendre les propos du photographe, théoricien et pionnier du cinéma Boleslas Matuszewski.

Jason Burnham
Assistant à la programmation de Tënk.ca

Cinéaste

Agnès Varda

Cinéaste française née en 1928, Agnès Varda passe son enfance en Belgique puis à Sète. Après des études aux Beaux Arts et à l'École du Louvre, elle devient la photographe du TNP aux côtés de Jean Vilar dans les années 1950. Elle tourne son premier long métrage en 1954 La Pointe Courte, qui l'inscrit dans le cinéma de la Nouvelle Vague. La suite de sa carrière sera riche de trente-trois titres, fictions ou documentaires, parmi lesquels on peut citer des classiques tels que Cléo de 5 à 7 (1961), Sans toit ni loi (1985), Les glaneurs et la glaneuse (2000), Les Plages d’Agnès (2009). L’ensemble de son œuvre cinématographique est récompensé par un César d’honneur en 2001, par le prix René-Clair de l’Académie française en 2002, par une Palme d’honneur au Festival de Cannes en 2015 et par un Oscar d’honneur reçu en 2017. Agnès est décédée chez elle, rue Daguerre, entourée de sa famille, ses collaborateurs et ses amis, sans oublier ses chats, le 29 mars 2019.