Encore 53 jours

Ressacs

Cinéastes : Patrick Francke-Sirois , Thierry Sirois Québec, 2019 PRODUCTION : Club Vidéo
21'
Anglais, Arabe, Français Anglais, Français

À propos de ce film

Résumé

Lorsque les journalistes et les secours quittent, que reste-t-il d’une crise humanitaire? Quelles sont les traces laissées par le déracinement de millions d’humains? Que retenons-nous de l’attente et des espoirs des foules anonymes? Nous accompagnons le photographe Frédéric Séguin dans un pèlerinage au cours duquel il retourne sur les lieux marquants de la crise des réfugié.e.s syrien.ne.s, et tente de retrouver les personnes qu’il a photographiées entre 2015 et 2017. Dans les champs autrefois boueux et remplis de tentes, la nature reprend ses droits. Sur les berges des îles grecques, les vagues ont déjà oublié les tragédies d’hier. Mais pourtant, les cicatrices restent vives chez ceux et celles qui ont été déraciné.e.s.

L'avis de Tënk

Le cinéma documentaire est pour moi un lieu de rencontre précieux et Ressacs en est l’exemple parfait. À l’origine, il y a la rencontre du photographe Frédéric Séguin avec les réfugié.e.s syrien.ne.s qu’il immortalise avec ses photos, gardant avec lui un souvenir de qui ils et elles étaient, une trace volatile de leur existence. Puis, il y a la rencontre avec les cinéastes qui suivent le pèlerinage du photographe sur les traces de ces hommes, femmes et enfants qui se redécouvrent en voyant leur portrait, comme allant à la rencontre d'elles-mêmes ou d’un instant d’eux-mêmes. Il y a cette idée forte de représentation qui traverse le film : l’importance d’être vu et de se voir pour se rappeler qu’on existe et qu’on est un humain parmi les humains. Un film magnifique, déchirant et lumineux à la fois. Et que dire de cette scène finale qui transcende tout ce que le film veut dire avec un simple champ-contrechamp? Les seuls mots qui me viennent sont: « Ouch! Mon cœur... »

Ariane Roy Poirier
Directrice de la programmation
Plein(s) Écran(s)

Cinéastes

Patrick Francke-Sirois

Ses multiples vies (cinéma, musique, festival, etc.), ses talents d’organisateur et sa sensibilité artistique ont rapidement mené Patrick Francke-Sirois à la production vidéo. À titre de producteur, il travaille autant sur des courts métrages comme Le danger en face (2020), Au plaisir les ordures ! (2021) ou Lydia Képinski: MTL me déteste (2021), que sur des projets de télévision. Passionné de cinéma documentaire, il lui arrive de passer du côté de la réalisation pour des projets personnels.





Thierry Sirois

Multi-instrumentiste de la vidéo, Thierry Sirois est un artisan de l’image en mouvement. Durant la première partie de sa vie professionnelle en tant que coloriste, il développe son amour des couleurs. Cette maitrise s’affine ensuite du côté de la lumière avec des projets de direction photo dont Le danger en face d'Alexis Chartrand (2020). Puis, ce chemin artistique le mène en réalisation documentaire, là où il pousse les limites de ses idées créatives. Aller à la rencontre de l’Humain, du savoir, du vrai : c’est ce qui l’habite depuis maintenant 6 ans avec les compagnies de production Casadel films et Club Vidéo dont il est l'un des fondateurs.