Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 22 jours
Encore 22 jours

L'autre Rio

Cinéaste : Émilie Beaulieu-Guérette Québec, 2017 PRODUCTION : Colonelle Films
88'
Portugais Anglais, Français

À propos de ce film

Résumé

Le stade Maracanã brille de mille feux. Nous sommes en 2016, et toutes les caméras sont braquées sur l’inauguration des Jeux olympiques de Rio de Janeiro. À quelques rues de là, c’est un tout autre monde. Assis sur un toit, des gamins regardent de loin les feux d’artifice. Nous sommes dans un bâtiment fédéral en ruine, sous le joug des trafiquants. Là vivent une centaine de familles miséreuses, dérobées au regard des prestigieux visiteurs internationaux. On y découvre peu à peu le lieu dans son intimité : au gré des rencontres, les habitants se dévoilent, dessinant ensemble le portrait d’un Rio oublié et occulté.

Prix Pierre-et-Yolande-Perrault
Rendez-Vous Québec Cinéma, 2019

L'avis de Tënk

D’un côté de l’autoroute, les déshérités de Rio de Janeiro observent des hauteurs de leur immeuble d’habitation en ruine le faste ostentatoire des cérémonies d’ouverture des Jeux olympiques d’été. Malgré le contraste troublant de ces inégalités économiques criantes, les feux d’artifice qui illuminent le ciel au-dessus du stade inspirent des sentiments de fierté chez ces laissés-pour-compte qui n’auront pourtant jamais accès aux gradins du Maracanã. Cette image, forte et simple, semble résumer aussi bien le Brésil d’aujourd’hui que ce film essentiel d'Émilie Beaulieu-Guérette, qui filme avec bienveillance ces hommes et ces femmes qui survivent avec résilience et débrouillardise, loin des médias et de l’attention internationale.

Frédérick Pelletier
Directeur de la programmation des Rendez-Vous

Cinéaste

Émilie Beaulieu-Guérette

Réalisatrice nomade, Émilie Beaulieu-Guérette a ses racines à Montréal et son cœur à Rio de Janeiro. Elle parcourt le monde avec sa caméra pour tourner des films liés à la justice sociale, aux droits humains et aux migrations. Son parcours multidisciplinaire tissé d’anthropologie, de sciences politiques, de poésie et de musique se traduit dans son approche engagée, sensible et sensorielle, prenant le parti des laissés-pour-compte. Le documentaire est pour elle un art de la rencontre qui vise à bâtir des ponts entre les êtres humains.