Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 28 jours
Bande annonce
Encore 28 jours

Une fille de Ouessant

Cinéaste : Éléonore Saintagnan Belgique, France, 2018 PRODUCTION : Mains d'Oeuvres, Michigan Films
28'
Français Anglais

À propos de ce film

Résumé

L'île d'Ouessant est la plus à l'ouest, tout au bout de la pointe de la Bretagne. La dernière terre avant l'Amérique... Autrefois, les hommes y travaillaient tous en mer, et de ce fait l'île était peuplée presque uniquement de femmes. En immersion sur cette terre, la réalisatrice plonge dans les archives, et dans un flottement entre rêve et réalité, s'identifie à Barba, une fille de Ouessant, dont le père a disparu en mer sans laisser de traces. Comment alors faire son deuil ? Entre documentaire anthropologique et fiction, le film prend la forme d'un conte ethnographique.

États généraux du film documentaire 2018

L'avis de Tënk

Ayant bénéficié d'une résidence artistique au Sémaphore du Créac'h, la plasticienne et documentariste Éléonore Saintagnan en ramène une œuvre hybride. Avec un lyrisme parfois teinté d'humour, Une fille de Ouessant tisse images d'aujourd'hui en couleurs et films d'archives en noir et blanc pour raconter l'histoire fictive de Barba et de sa sœur, filles de pêcheur ayant vécu dans la première moitié du 20e siècle à Ouessant. Le récit à la première personne puise volontiers dans le réel, convoquant les superstitions et les traditions insulaires : élevage des moutons, travail des goémoniers, pillage des bateaux échoués, etc. Inspiré notamment du travail du réalisateur Jean Epstein, qui a lui-même filmé l'île, l'ensemble dessine le portrait d'un territoire à la vie rude. Dans ce monde austère, rythmé par les rites funéraires pour les disparus en mer, les femmes n'ont d'autre choix que d'attendre.

Caroline Châtelet
Journaliste et critique dramatique

Cinéaste

Éléonore Saintagnan

L'artiste française Éléonore Saintagnan vit et travaille à Bruxelles. Elle a participé à de nombreuses expositions et résidences en France et à l'étranger, notamment au Wiels Bruxelles, au Palais de Tokyo et au centre Pompidou à Paris. Elle réalise des films et des installations qui résultent d'un long processus d'immersion et de recherche qui s'apparente au travail d'une ethnographe. Elle s'intéresse aux croyances et à la persistance du folklore et de la bestialité dans nos sociétés ultra-technologiques.