Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 21 jours
Bande annonce
Encore 21 jours

L'amertube

Cinéaste : Jean-Pierre Boyer Québec, 1972 PRODUCTION : Vidéographe, Musée d'art contemporain de Montréal
13'

À propos de ce film

Résumé

L'Amertube est une oeuvre formaliste qui explore la vidéo comme médium d'expression. Une succession de formes composées de lignes de lumière blanche sont produites par video feedback. Dans la plupart des cas symétriques, divisées entre un haut et un bas, ces formes se déploient en mouvements rotatifs et donnent l’illusion d’exister dans un espace à trois dimensions. À partir d’une ligne horizontale qui divise l’écran, les formes deviennent plus complexes. Une musique électroacoustique suit la transformation des formes. Pour Jean-Pierre Boyer, il ne s’agit pas de la réalité elle-même, mais d’une construction de cette réalité.

L'avis de Tënk

Réalisé au Musée d’art contemporain de Montréal et au Vidéographe, ce premier « tape » (vidéogramme) de Jean-Pierre Boyer libère les potentialités de la vidéo expérimentale québécoise au début des années 1970. L’Amertube est constitué d’une succession de plans-séquences évoquant le passage d’une chaîne à une autre, d’un univers cosmique à un autre, comme si l’on tournait la roulette d’un téléviseur. La rétroaction vidéo (communément appelée video feedback) permet ici de déconstruire l’image électronique – commerciale ou institutionnelle – afin de penser le médium autrement. Boyer crée des images abstraites étonnantes en braquant sa caméra sur un téléviseur Zenith dont les circuits ont été trafiqués. Il agit sur le champ magnétique de l’appareil avec des aimants et module l’image à l’aide de miroirs et de filtres divers qu’il place entre la caméra et le téléviseur. Sa démarche est à la fois esthétique et politique. Elle est utopique et donc de son temps.

L’Amertube, c’est de l’anti-télévision par video feedback sur « zen_tube » (selon l'expression de Boyer), le tout étant amplifié par une musique électronique de circonstance.

Eric Fillion
Historien (Université de Toronto) et travailleur culturel (Tenzier)

Cinéaste

Jean-Pierre Boyer

Pionnier québécois de la vidéo expérimentale et inventeur du Boyétizeur anamorphique (1974), Jean-Pierre Boyer est professeur associé à l’École des médias de l’UQAM où il a enseigné plus de vingt ans. Comme chercheur et co-fondateur du Centre de recherche en imagerie populaire (CRIP-UQAM), il s'intéresse également à la production iconographique et discursive des mouvements sociaux tant au Québec qu’ailleurs dans le monde. Comme artiste-citoyen, il a réalisé plusieurs œuvres en vidéographie expérimentale et documentaire (1972-2002), s'est engagé dans la défense des prisonniers politiques et des libertés civiles au Québec (Mémoire d’octobre, 1979), et a réalisé une sculpture vidéo interactive intitulée Totem d'humanité (2002). Une rétrospective de ses œuvres a été présentée à la Cinémathèque québécoise à l’automne 2013.