Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 38 jours
Bande annonce
Encore 38 jours

Dans un océan d'images

Cinéaste : Helen Doyle Musique originale : Nigel Osborne Québec, 2013 PRODUCTION : InformAction
90'
Anglais, Français Anglais, Français

À propos de ce film

Résumé

Nous sommes submergés d’images, mais savons-nous encore vraiment les voir?

Une réflexion profonde sur le sens de l’image dans l’univers numérique, portée par des photographes et artistes visuels d’ici et d’ailleurs qui se sont démarqués par l’originalité de leur travail et de leur réflexion : Alfredo Jaar, Letizia Battaglia, Stanley Greene, Philip Blenkinsop, Bertrand Carrière, Geert van Kesteren, Lana Šlezić, Séra, Nadia Benchallal, Paolo Ventura. Helen Doyle part à la rencontre de ces rapporteurs d’images, qui témoignent du poids de leur rôle de messager et de leur empathie pour les sujets de leurs images. Un film pour ceux qui captent des images avec leur appareil photo ou leur téléphone et les mettent à la disposition de tous. Un film d’une grande humanité pour tous ceux qui cherchent à comprendre les tumultes du monde à travers l’œuvre des artistes.

L'avis de Tënk

« J’ai vu le tumulte du monde. »

Chargé de cette vision, le témoin ne peut échapper à son destin : il doit ramener le tumulte entr’aperçu et en partager l’existence. Il est chargé de la présence des disparus, du regard des morts et de l’imploration silencieuse des vivants.

Mais le témoin, confondu, se heurte à l’océan d’images qui noie ses semblables. Alors qu’il ploie sous ces visions qui le hantent, les gens tout autour semblent avoir perdu la faculté de voir.

On croirait revivre le cauchemar de son enfance : on a beau crier, hurler, trépigner, personne ne tourne le regard.

En interrogeant des photojournalistes qui ont couvert les pires horreurs du monde contemporain (génocides, guerres civiles, régimes autoritaires, tortures…), Helen Doyle interroge le sens des images via celles qui doivent nécessairement survivre.

Et le plus bouleversant de ce film majeur n’est pas l’œuvre photographique dont on aperçoit des bribes magistrales, mais bien l’immense compassion qui caractérise ces êtres qui ont pourtant côtoyé au plus près la barbarie. Leur engagement envers l’humanité et leur conviction que la tâche n’est pas vaine - malgré l’indifférence, malgré la répétition de l’histoire - rappellent qu’il est du devoir de chacun.e de ne pas détourner le regard. Alors peut-être, un jour, le tumulte saura-t-il s’apaiser.

Naomie Décarie-Daigneault
Directrice artistique de Tënk.ca

Cinéaste

Helen Doyle

Scénariste et réalisatrice indépendante, Helen Doyle a confondé - avec Nicole Giguère et Hélène Roy - le groupe Vidéo Femmes en 1973. Elle y réalise et produit des documents percutants sur la condition féminine. En 2000, elle fonde sa propre maison de production, Tatouages de la mémoire, et produira ses « inclassables ». En 2008, elle est récipiendaire de la première Bourse de carrière en cinéma du Conseil des arts et des lettres du Québec. Son travail fait ensuite l’objet d’une rétrospective à la Cinémathèque québécoise en 2009 : L’exil et l’engagement. Son film Dans un océan d’images (2013) reçoit le prix du Meilleur film canadien au FIFA, trois prix Gémeaux, dont celui du Meilleur documentaire, et une Étoile de la Scam. Le printemps 2015 marque la sortie de La liberté de voir – Helen Doyle cinéaste, un coffret réunissant ses réalisations, accompagné d’une monographie sur son œuvre. En 2018, elle reçoit le prix le prix Barbara-Helen-Greene en reconnaissance de sa carrière de documentariste. Helen Doyle travaille actuellement sur un projet de long métrage documentaire intitulé Au lendemain de l'odyssée, qu'elle produit et réalise avec l'appui de la SODEC.