Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 24 jours
Bande annonce
Encore 24 jours

Le semeur

Cinéaste : Julie Perron Québec, 2013 PRODUCTION : Les Films de l'Autre
77'
Français Anglais

À propos de ce film

Résumé

En plein cœur des méandres du Kamouraska au Québec, Patrice Fortier vit dans La société des plantes où il préserve minutieusement, tel un copiste du Moyen Âge, les semences végétales rares ou oubliées pour en faire des variétés « anciennes du futur ». Patrice jardine en rêvant et transforme ses récoltes en projets artistiques. Au fil des saisons, par la patience de ses gestes, il nous transmet sa passion et ses connaissances tout en constituant sa banque de semences. Ces germes de vie iront pousser dans des milliers de jardins potagers à travers la planète. Ode à la biodiversité végétale et au patrimoine porté par un semencier original et génétiquement motivé. Attention; l’impossible est en cours.

L'avis de Tënk

Quiconque a besoin d’une petite dose d’optimisme et de beauté se doit de visionner Le semeur. Leçon de lenteur, de silence (rempli de bruits !), de présence au monde, d’attention, ce film redonne foi et confiance dans une humanité bien malmenée. Patrice Fortier agit pour la sauvegarde du patrimoine végétal. Recueillir des graines de certaines espèces menacées peut parfois prendre des années ! La minutie de ses gestes, recueillis avec tout autant de patience par la cinéaste (comme lorsqu’il prépare ses cartes d’affaires à la main, en écrivant sur de l’écorce avec une machine à écrire… !) nous permet d’accéder à un savoir ancestral. Il répète inlassablement des gestes immémoriaux ; défricher, planter, arracher, arroser, trier. Et ses gestes sont en plus traversés par la grâce de l’artiste, qui sculpte la matière, la photographie, l’écoute, permettant d’être dans le sens et non pas dans la répétition. Et les tableaux de Julie Perron, qui filme le jardin comme une peinture, au trépied, offrent un repos à l’âme et aux yeux.

Naomie Décarie-Daigneault
Directrice artistique de Tënk.ca

Cinéaste

Julie Perron

Née à Montréal, Julie Perron a obtenu une licence en cinéma de l’Université Paris 7 et une maîtrise en technologie de l’éducation de l’Université de Montréal avant de commencer sa carrière de cinéaste à l’ONF en 2000. Son premier film "Mai en décembre (Godard en Abitibi)", déterre et revisite l’expérience de télévision libre menée par Jean-Luc Godard au Québec en décembre 1968. Après une rencontre de hasard avec l’héroïne de la Résistance française Lucie Aubrac, Julie Perron réalise "Lucie, de tous les temps". En 2013, elle réalise "Vivre avec la terre" tourné en Grèce avec une archéobotaniste qui découvre des semences datant du Néolithique. Les films de Julie Perron ont été distribués et diffusés à la télévision et dans les festivals de films internationaux, bibliothèques et institutions culturelles au Canada et à travers l’Europe. Elle a aussi enseigné le cinéma à Montréal et à Chicago. Elle est membre des Films de l'Autre depuis 2001.