Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 28 jours
Encore 28 jours

Ces hommes de passage

Cinéaste : Nadine Beaudet Québec, 2015 PRODUCTION : ONF, Spira
7'
Français

À propos de ce film

Résumé

Court métrage documentaire sur les énormes navires de cargaison qui parcourent le fleuve Saint-Laurent. Ils sont énormes et glissent majestueusement sur le fleuve. De loin, les riverains les observent, mais ces créatures flottantes aux ponts chargés de conteneurs colorés, venues des quatre coins du monde, gardent leurs secrets. Et pourtant, une part de nous fait partie du voyage, menant à bon port les navires étrangers qui traversent nos terres.

L'avis de Tënk

Sur les eaux de notre grand fleuve, le Saint-Laurent, existent des vies qui nous sont inconnues et étrangères. À bord de porte-conteneurs venus d’outre-mer habitent des hommes de toutes origines partageant un quotidien mystérieux rythmé par la mer. Ce court métrage de Nadine Beaudet dévoile avec délicatesse un regard sur ce monde improbable et inaccessible pour nous, riverains, où seuls les pilotes maritimes du Saint-Laurent accèdent, devenant témoins privilégiés de ces univers de passage.

Christian M. Fournier
Cinéaste

Cinéaste

Nadine Beaudet

Née sur la Côte-Nord et amoureuse des régions, Nadine Beaudet a une approche cinématographique habitée par l'appartenance, l'identité et l'imaginaire. Elle s'intéresse aux rapports qu'entretiennent les gens avec leurs univers réels et rêvés et crée des films documentaires porteurs d'une réflexion à la fois humaine et territoriale. Son premier long métrage documentaire "Le Cosaque et la gitane" remporte le Prix Pierre-et-Yolande-Perrault aux Rendez-vous du cinéma québécois en 2013. Son second long métrage, "Le chant des étoiles" (2016), dévoile la rencontre inédite de l’astronomie et de la musique dans un récit poétique et humain. Coréalisé avec Christian M. Fournier, on découvre grâce à "La maison des Syriens" l'humanité du comité de parrainage d’une famille de réfugiés syriens dans un village de Portneuf. Son tout dernier-né, "La fille du cratère", coréalisé avec Danic Champoux, témoigne avec tendresse et détermination de l’influence de Yolande Simard au coeur de l’œuvre de Pierre Perrault, son complice et grand amour.