Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 35 jours
Bande annonce
Encore 35 jours

The Brig

Cinéaste : Jonas Mekas États-Unis, 1964 PRODUCTION : White Line Productions
66'
Anglais Anglais, Français

À propos de ce film

Résumé

« Je suis allé voir The Brig (la pièce) le soir de la dernière. On avait demandé aux Beck d'arrêter la pièce et de remballer leurs affaires. À ce stade, la pièce était jouée avec tant de précision qu'elle semblait se dérouler de façon aussi inéluctable que la vie elle-même. En la voyant, je me suis dit : "Imaginons que ceci soit une véritable geôle ; imaginons que je sois un reporter de télévision ; imaginons que la Marine m'ait donné la permission d'aller dans une de ses geôles et de filmer ce qui s'y passe : quel document incroyable pourrait alors être révélé à l'humanité !". Étant donné la façon dont The Brig était joué à ce moment-là, à mes yeux, la geôle était devenue réelle. L'idée a pris possession de mon esprit et de mes sens si profondément que je suis sorti de la salle. Je ne voulais rien savoir de ce qui allait arriver ensuite dans la pièce ; je voulais le voir avec ma caméra. Il fallait que je le filme. »

Jonas Mekas

L'avis de Tënk

Jonas Mekas a toujours cherché à capter l'intensité des gestes de chacun avec spontanéité, à scruter les comportements humains. Ici, dans les quelques mètres carrés que sont le plateau du Living Theatre, il applique, voire confronte les méthodes de captation du cinéma-vérité à celles du théâtre. L'intention n'est pas de retranscrire la pièce dans sa totalité, mais ce que les yeux du cinéaste sont capables de capturer. Le vivant devenait alors le réel. Avec cette matière idéale pour le cinéaste pour mettre en question la vision de ce cinéma direct, il interrogeait alors ce qu'est la vérité au cinéma.

Line Peyron
Productrice

Cinéaste

Jonas Mekas

Jonas Mekas est né en 1922 à Semeniskiai en Lithuanie. En 1949, son frère Adolfas et lui sont contraints de fuir leur pays, envahi par l'Union soviétique, mais sont arrêtés par les Nazis et emprisonnés dans un camp de travail en Allemagne. Après la guerre, Jonas et son frère quittent pour New York où ils deviendront les chefs de file du cinéma underground américain.

Deux semaines après son arrivée à New York, Jonas Mekas achète une Bolex et se met à filmer sa vie. Il écrit également sur le cinéma : il fonde la revue "Film Culture" en 1953 et tient à partir de 1958 la chronique cinéma du "Village Voice". Il est également l’un des fondateurs de la Film-Maker’s Cooperative et de l’Anthology Film Archives, respectivement première coopérative au monde de diffusion du cinéma indépendant et expérimental et première cinémathèque du cinéma indépendant et d’avant-garde. Mekas a produit une œuvre de plus de 60 films, dont la plupart sont des journaux filmés, il a réalisé des installations, en plus d'avoir publié de la poésie et divers écrits sur le cinéma. Légende mondiale du cinéma d'avant-garde, poète, Jonas Mekas est décédé à l'âge de 96 ans le 23 janvier 2019.