Abonnez-vous
Encore 8 h
Encore 8 h

Plus jamais d'Hiroshima

Cinéaste : Martin Duckworth Québec, 1984 PRODUCTION : ONF / NFB
26'
Anglais, Français

À propos de ce film

Résumé

Version abrégée du documentaire Les Hibakusha, les survivants d'Hiroshima et de Nagasaki. Ils incarnent cette nouvelle classe d'êtres marginaux marqués par l'explosion nucléaire, livrés à toutes les maladies, empoisonnés jusque dans leurs gènes, traqués par l'œil froid de la science. Quelques-uns ont accepté de revivre leur douleur et de témoigner pour avertir l'humanité.

L'avis de Tënk

Plus jamais d’Hiroshima, version abrégée de Les hibakusha, les survivants d'Hiroshima et de Nagasaki, démarre avec une signature poétique typique du caméraman virtuose - nommé artiste pour la paix en 2003 - Martin Duckworth : survolant la baie d’Hiroshima, un oiseau de proie décrit une courbe similaire, selon un témoin présent, à celle empruntée en 1945 par l’avion chargé de sa bombe atomique.

Deux ans après If You Love This Planet de Terre Nash présentant la médecin et militante anti-nucléaire Helen Caldicott - censuré par Reagan vu ses conseils aux civils de saboter les bases aériennes nucléaires (et officieusement, à cause de ses images atroces de victimes) -, ce nouveau documentaire contribua à un retournement de situation. Un tiers de siècle plus tard, cela permettra à ce qu’une hibakusha accepte le prix Nobel de la paix pour le travail de l’ICAN afin de faire adopter à l’ONU le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires. Vivant dans la honte de survivre à leurs proches massacrés ou rongés par diverses maladies, exposés à des traitements inhumains de cobayes, les hibakusha décidèrent alors, malgré leurs souffrances, d’aller conscientiser le monde aux Nations unies, à New York, et de s’écrier dignement, devant des écolières américaines noires sidérées qu’on leur ait caché cela : « plus jamais d’Hiroshima! »

Pierre Jasmin
Professeur, pianiste et artiste pour la paix

Cinéaste

Martin Duckworth

Martin Duckworth est un cinéaste et directeur photo montréalais. Né dans une famille de militants pacifistes et féministes, il étudie en histoire et part l'enseigner au Nouveau-Brunswick. Après une projection de Golden Gloves de Gilles Groulx, il décide de tout quitter pour devenir cinéaste. Il a réalisé ou coréalisé plus d'une trentaine de films. En 2002, il a été honoré et nommé « Artiste pour la Paix » et en 2015, il a reçu le prestigieux prix Albert-Tessier. Il a également enseigné le cinéma à l'Université Concordia.