Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays Abonnez-vous
Encore 9 jours
Bande annonce
Encore 9 jours

The Street: A Film with the Homeless

Cinéaste : Daniel Cross Québec, 1996 PRODUCTION : Daniel Cross
79'
Anglais

À propos de ce film

Résumé

The Street : A Film with the Homeless (montage par Peter Wintonick) est un documentaire intimiste qui suit trois itinérants montréalais, avec une approche dénuée de tout jugement ou voyeurisme. On suit les hommes pendant six ans, prisonniers d'un cercle vicieux qui les ramène continuellement à la rue. Les personnages vivent des cycles de dépendance et de guérison, d'espoir et de désespoir, mais ne perdent jamais leur dignité, leur humanité et leur sens de la communauté.

Le film explore les complexités sociales et économiques de l'itinérance sans tomber dans les stéréotypes réducteurs. En se concentrant sur seulement trois personnes, le documentaire transforme la « problématique de l'itinérance » en un problème personnel, permettant au public d’accéder aux enjeux humains derrière la question sociale.

Montage de Peter Wintonick



The Street : A Film with the Homeless (editing by Peter Wintonick) is a moving and intimate study of three homeless Montrealers, with a unique approach that is neither voyeuristic nor judgmental. Characters experience cycles of addiction and recovery, hope and despair, but rise above with a sense of dignity, humanity, and community.

The film explores the social and economic complexities of homelessness without relying on mediated and damaging stereotypes. Through its emotional appeal, it works to transcend the statistical and emotional haze which surrounds most public commentary on the homeless. In doing so, it ultimately bridges the gap between compassion and action – between ‘us’ and ‘them’.

By concentrating on just three individuals, the film makes the ‘homeless problem’ a personal one, allowing audiences to experience a more personal side of homelessness.

Editing by Peter Wintonick

L'avis de Mira

The Street : A Film with the Homeless est le premier long métrage du réalisateur Daniel Cross. Ce dernier peinait depuis deux ans à monter son film avant que mon père n’apparaisse dans le décor. Peter était alors en train de faire le montage de Manufacturing Consent dans le sous-sol de l’ONF. Il s’est mis à faire entrer Dan en cachette dans le bâtiment après les heures d'ouverture pour lui permettre de travailler sur son propre film. Un jour, Dan a demandé à mon père de regarder un premier assemblage. Peter a accepté de dédier sa longue fin de semaine de Pâques à ce projet. À la fin des trois jours, Dan raconte que mon père n'est pas parti : « Il a travaillé sur le film pendant sept semaines de plus. Il a donné du souffle au film, il l’a ouvert, lui offrant de nouvelles possibilités, de nouvelles significations. C'était mon premier film et j'étais rigide. Ton père l'a regardé comme un haïku, comme un poème. » Au final, la collaboration de Dan et Peter a offert un film brut et nuancé qui provoque chez le spectateur une compassion désarmante.




As a first-time director, Daniel Cross was struggling with how to put The Street : A Film with the Homeless together for two years before my dad came on board. Peter was editing Manufacturing Consent in the basement of the National Film Board and would sneak Dan into the building after hours, so Dan could work on his own film. One day, Dan asked my dad to take a look at his assembled footage. Peter agreed to give the project his Easter long weekend. At the end of the weekend, Dan says my dad didn’t leave: "He worked on the film for 7 more weeks. Your dad was able to open the film up. To give it alternative meaning in places. It was my first film and I was being pretty rigid with it. Your dad looked at it like a haiku, like a poem." In the end, Dan and Peter’s collaboration is a raw and nuanced film that confronts the viewer with a disarming compassion.

Mira Burt-Wintonick
Productrice audio et documentariste

Cinéaste

Daniel Cross

Daniel Cross est un réalisateur et producteur canadien de documentaires, cofondateur et président de la réputée boîte de production EyeSteelFilm. Cross a réalisé des documentaires primés portant sur la justice sociale. Ses deux premiers longs métrages, The Street : A Film with the Homeless (1996) et S.P.I.T.: Squeegee Punks in Traffic (2001) portaient sur la question de l'itinérance. Son plus récent documentaire I Am the Blues (2016), est une visite aux derniers monstres sacrés du blues à travers les États-Unis. En plus de ses activités de réalisateur et producteur, Daniel Cross est très actif dans la communauté documentaire, siégeant sur de nombreux conseils d'administration et enseignant à l'école de cinéma Mel Hoppenheim de l'Université Concordia.