Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Ce film est sorti de notre programmation
Retrouvez-le en location
Bande annonce
Encore 196 jours

Oncle Bernard : l’anti-leçon d’économie

Cinéaste : Richard Brouillette Québec, 2015 PRODUCTION : Les films du passeur
79'
Français Anglais

À propos de ce film

Résumé

Tournée en mars 2000, dans le contexte du film L’encerclement – La démocratie dans les rets du néolibéralisme, cette fascinante entrevue avec Bernard Maris, alias Oncle Bernard, constitue une véritable « anti-leçon d’économie ». Sans fard ni artifice, le réalisateur laisse toute la place à la parole riche, dissidente, acérée et mutine de Maris. En toute liberté, celui-ci assène à loisir des vérités percutantes qui renversent les dogmes sempiternellement ressassés par le chœur vibrant de la valetaille de la « science » économique. Formidable vulgarisateur dont la verve, l’éloquence, l’érudition et l’alacrité parviennent à rendre passionnants les sujets les plus arides, Oncle Bernard déploie au fil de cet entretien une pensée courageuse en son originalité, qui se révèle d’autant plus précieuse en ces temps de démission intellectuelle et d’austérité économique.

L'avis de Tënk

Le 8 mars 2000, Richard Brouillette s’installe dans les bureaux de Charlie Hebdo avec son équipe : Michel Lamothe à l’image (filmant en pellicule, dans un magnifique noir et blanc) et Simon Goulet au son. Le plan est sobre et beau, toute la place est laissée à la parole. Brouillette lance ses questions, et une formule creuse à la fois, l’économiste Bernard Maris déconstruit les mécanismes du capitalisme mondial. L’entrevue dure un peu plus d’une heure et a été remontée comme telle, intégrant les fins de bobines, les appels au silence lancés aux voisins de bureau, et autres scories offrant un aperçu de la vie en cet après-midi ordinaire qui prendra un tout autre sens après les attentats de 2015.

Brouillette nous offre un voyage prophétique dans les coulisses d’un système, dont la survie, nous rappelle Bernard Maris, dépend de son opacité. Prophétique car la crise des subprimes apparaît à l’horizon. Prophétique car Maris dénonce la religiosité d’une idéologie déguisée en science et en vérité. Prophétique car une discussion de corridor avec Cabu devient le symbole de ce qui aura été décimé en quelques minutes sanglantes de 2015. Filmée en 2000, la pensée de Maris n’a pas perdu un iota de sa pertinence. Comme résistance à tous les régimes opaques et aveuglants, prenons le temps de l’écouter.

Naomie Décarie-Daigneault
Directrice artistique de Tënk.ca

Cinéaste

Richard Brouillette

Richard Brouillette est un producteur, réalisateur, monteur et programmateur impliqué depuis de nombreuses années dans le milieu du cinéma indépendant. D’abord critique à l’hebdomadaire Voir, il a ensuite œuvré pour la société de distribution indépendante Cinéma Libre. En 1993, il a fondé le centre d’artistes autogéré La Casa Obscura, où il organise depuis un ciné-club hebdomadaire. Il a produit et réalisé Trop c’est assez (1995) ; Carpe diem (1995), L’encerclement – La démocratie dans les rets du néolibéralisme (2008), Prends garde à la douceur des choses (2014) et Oncle Bernard – L’anti-leçon d’économie (2015). Il a aussi participé au film collectif À St‐Henri le 26 août (2011) et produit huit longs métrages, dont sept documentaires. En 2014, il s’est mérité le Prix du CALQ du créateur de l’année en Mauricie. Toujours impliqué dans le milieu du cinéma indépendant, il a siégé au conseil d’administration de nombreux organismes en plus d'agir comme producteur conseil sur de nombreuses productions documentaires.