Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Encore 14 jours
Bande annonce
Encore 14 jours

Ulysse

Cinéaste : Agnès Varda France, 1982 PRODUCTION : Ciné-Tamaris
22'
Français

À propos de ce film

Résumé

Au bord de la mer, une chèvre, un enfant et un homme. C’est une photographie faite par Agnès Varda en 1954 : la chèvre était morte, l’enfant s’appelait Ulysse et l’homme était nu. À partir de cette image fixe, le film explore l’imaginaire et le réel.

L'avis de Tënk

Susan Sontag les voyait comme des memento mori ; là pour nous rappeler notre nature de mortel et l’éphémérité de chaque chose. Roland Barthes en pointait le caractère mémoriel et obligatoirement authentique : son fameux « ça a été ». À leur suite, Agnès Varda nous livre son enquête sur la photographie : que recèle comme vérité du monde une image fixe ? Que nous dévoile-t-elle sur la vie de celle qui l’a prise et sur son époque ? À sa manière bien à elle, Varda retrouve les protagonistes de son image, revient sur les lieux et l’époque, interroge tous les indices qu’elle y trouve pour parvenir à cette conclusion : « Une image, on y voit ce qu’on veut. Une image, c’est ça et le reste. » Pas de nostalgie, donc, pour Varda, mais une possibilité au présent de faire parler ces compositions fixes mais pas figées. Et 30 ans plus tard, la grande cinéaste se surprend encore de tous les personnages que peut représenter son Ulysse, héros absolu des mythologies qui la fascinent.

Naomie Décarie-Daigneault
Directrice artistique de Tënk.ca

Cinéaste

Agnès Varda

Cinéaste française née en 1928, Agnès Varda passe son enfance en Belgique puis à Sète. Après des études aux Beaux Arts et à l'École du Louvre, elle devient la photographe du TNP aux côtés de Jean Vilar dans les années 1950. Elle tourne son premier long métrage en 1954 La Pointe Courte, qui l'inscrit dans le cinéma de la Nouvelle Vague. La suite de sa carrière sera riche de trente-trois titres, fictions ou documentaires, parmi lesquels on peut citer des classiques tels que Cléo de 5 à 7 (1961), Sans toit ni loi (1985), Les glaneurs et la glaneuse (2000), Les Plages d’Agnès (2009). L’ensemble de son œuvre cinématographique est récompensé par un César d’honneur en 2001, par le prix René-Clair de l’Académie française en 2002, par une Palme d’honneur au Festival de Cannes en 2015 et par un Oscar d’honneur reçu en 2017. Agnès est décédée chez elle, rue Daguerre, entourée de sa famille, ses collaborateurs et ses amis, sans oublier ses chats, le 29 mars 2019.